1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Frappes américaines en Syrie : avertissement sans frais pour Bachar el-Assad
Le Point08/04/2017 à 08:40

Un avion syrien détruit sur la base frappée par les missiles américains dans la nuit du 6 au 7 avril 2017.

En une nuit, Donald Trump aura fait davantage en Syrie que Barack Obama en cinq ans. En donnant l'ordre, dans la nuit de jeudi à vendredi, de frapper une base aérienne du régime syrien, le président américain a souhaité laver l'affront de la volte-face historique de son prédécesseur en août 2013, lors de la tristement célèbre attaque chimique de la Ghouta. En réponse à la nouvelle frappe neurotoxique, cette fois à Khan Cheikhoun, les navires de guerre USS Porter et USS Ross ont lancé depuis la Méditerranée orientale pas moins de 59 missiles Tomahawk qui ont détruit l'aéroport militaire d'Al-Chaayrate d'où aurait été lancé le raid chimique.

D'après le Pentagone, environ 20 avions ont été détruits mais la piste de la base aérienne est restée intacte. Sept soldats seraient morts dans les frappes américaines, affirme l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Neuf civils, dont quatre enfants, sont décédés dans des villages environnants, affirme de son côté l'agence de presse syrienne officielle Sana.

« Pas suffisant » (rebelle syrien)

L'attaque-surprise des États-Unis a provoqué une onde de choc dans le monde entier, les opposants à Bachar el-Assad se mettant à rêver d'un tournant dans ce conflit qui déchire le pays depuis six ans et a fait plus de 320 000 morts. Sur Twitter, Mohammad Allouche, dirigeant du groupe rebelle Jaich al-Islam,...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer