Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande veut inverser la courbe du chômage

Reuters20/06/2013 à 16:35

FRANÇOIS HOLLANDE REDIT SON AMBITION D'INVERSER LA COURBE DU CHÔMAGE D'ICI LA FIN DE L'ANNÉE

PARIS (Reuters) - François Hollande a confirmé jeudi son intention d'inverser "durablement" la courbe du chômage à la fin de l'année, faisant du lancement de nouvelles pistes vers l'emploi l'enjeu principal de la deuxième conférence sociale de son quinquennat.

Evoquant les instruments mis en oeuvre depuis un an comme les emplois d'avenir et les contrats de génération, le président a donné priorité à la réforme de la formation professionnelle, qu'il souhaite voir aboutir d'ici la fin de l'année.

"Si je devais retenir un seul enjeu, ce serait celui de l'emploi", a-t-il déclaré devant les partenaires sociaux réunis au palais d'Iéna, à Paris.

Alors que la France connaît un nombre de chômeurs record supérieur à 3,2 millions de personnes, le président a prédit que le chômage allait "continuer, hélas, encore à progresser jusqu'à la fin de l'année", avant une embellie.

"J'ai aussi affirmé un engagement : inverser durablement la courbe du chômage, pas un mois, pas deux mois, durablement (...) à la fin de l'année. Je veux ici réaffirmer ma volonté mais aussi redire ma conviction", a-t-il déclaré.

Tous les économistes interrogés par Reuters estiment pourtant qu'il n'y a aucune chance que cet objectif puisse être atteint, un diagnostic partagé par le FMI, la Commission européenne et l'OCDE.

À l'appui de son engagement, François Hollande a évoqué des "signes de reprise économique en France et en Europe".

Mettant en garde contre le "risque de fracture générationnelle, sociale, civique" lié au chômage, il a invité la conférence sociale à ouvrir "d'autres pistes", au-delà des emplois d'avenir et des contrats de génération.

Il a annoncé pour la fin juin le chiffre de 33.000 emplois d'avenir, destinés aux jeunes pas ou peu qualifiés. Pour atteindre l'objectif de 100.000 à la fin de l'année, il a lancé un appel aux collectivités locales et au secteur privé.

"FORMER RAPIDEMENT ET MASSIVEMENT"

Pour les contrats de génération, dispositif lancé il y a trois mois consistant à embaucher un jeune tout en conservant un senior, il a évoqué un "indéniable succès" dans les entreprises de moins de 50 salariés, avec 1.000 contrats signés par semaine assortis d'une prime de 4.000 euros pour l'employeur.

"Je demande aux entreprises concernées, aux organisations professionnelles, aux partenaires sociaux d'engager les négociations branche par branche", a ajouté François Hollande, fixant l'objectif de 75.000 contrats d'ici mars prochain 2014, soit 150.000 personnes concernées.

Il a aussi demandé aux partenaires sociaux de réfléchir à une redistribution des fonds consacré à la formation professionnelle, 30 milliards d'euros par an dont 13% seulement vont à la formation des chômeurs. Il a dit souhaiter "que la réforme aboutisse avant la fin de l'année".

La question des emplois non pourvus est posée à l'heure où, selon le président, de 200.000 à 300.000 recrutements ne peuvent être réalisés faute de candidats.

"Nous devons nous donner l'objectif de former rapidement et massivement les demandeurs d'emplois dans les secteurs qui sont en maque structurel de main d'oeuvre qualifiée", a-t-il dit.

Pour former les demandeurs d'emplois non qualifiés, il a évoqué la possibilité d'incitations financières pour la mobilité, voire une aide de l'Etat pour combler les différentiels de salaire.

À l'Etat de fixer le cadre légal, aux régions de former les jeunes et les demandeurs d'emploi en coopération avec Pôle emploi et aux partenaires sociaux de fixer les objectifs pour élever le niveau de qualification, a dit le président, soulignant l'importante de l'apprentissage et de l'alternance.

Le président a lancé l'idée d'un engagement des entreprises à prendre sous leur aile un jeune en signant un contrat d'apprentissage avec promesse d'embauche.

Elizabeth Pineau, Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.