Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

François Hollande, un président pour "raccommoder la France"

Reuters07/05/2012 à 01:17

François Hollande, un président pour "raccommoder la France"

par Elizabeth Pineau

TULLE, Corrèze (Reuters) - Jusqu'au bout il aura cru en ses chances : la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle, qui fait de lui le successeur d'un François Mitterrand cité en référence tout au long de la campagne, est celle de la persévérance.

Inimaginable il y a un an, ce choix des Français couronne un long parcours politique jalonné d'écueils et de traversées du désert qui ont conduit le député de Corrèze, ancien Premier secrétaire du Parti socialiste, à se remettre en question jusqu'à la victoire.

Dimanche soir, c'est devant des milliers de personnes rassemblées sur le parvis de la cathédrale de Tulle, rénovée quand il était maire de la ville, que le patron du Conseil général a fait sa première déclaration de deuxième président socialiste de la Ve République.

"Ce soir, il n'y a pas deux France qui se font face, il n'y a qu'une seule France, qu'un seul destin", a-t-il déclaré.

"Trop de fractures, trop de blessures, trop de coupures ont pu séparer nos concitoyens, c'en est fini. Le premier devoir du président de la République, c'est de rassembler"', a-t-il dit.

La Corrèze, une évidence pour le nouveau chef de l'Etat qui a fait de ce département rural la base de sa carrière politique, au point de s'y sentir chez lui et de revenir sur la scène après son discours de président pour lui dire "au revoir".

"Je ne vois pas où j'aurais pu être ailleurs qu'ici", confiait-il samedi lors de la visite d'un marché où les Tullistes se disaient fiers de lui mais tristes de savoir leur député sur le point d'endosser une fonction lointaine.

"J'espère que vous reviendrez nous voir", "Ne nous oubliez pas", lui ont-ils lancé lors de sa promenade ponctuée de demandes d'autographes, de photographies et d'embrassades.

"I'M CONFIDENT"

Après une courte nuit, François Hollande avait le sourire un peu crispé et l'air soucieux au moment de voter dimanche matin. Les heures passant, la confiance est revenue crescendo.

"I'm confident and I'm sure" ("Je suis confiant et sûr de moi"), déclarait-il en anglais à Reuters TV à la mi-journée avant un petit bain de foule sous les "Allez François" et les "François président, Sarkozy à l'abattoir'.

Constant dans son ambition, François Hollande a soigné sa stature présidentielle après sa première place obtenue au premier tour de scrutin (28,6% des voix), du jamais vu pour un challenger sous la Ve République.

"Moi, président de la République", a-t-il répété 16 fois dans une longue tirade qui a constitué l'un des moments forts du débat contre Nicolas Sarkozy mercredi dernier.

Le lendemain, place du Capitole à Toulouse, celui qui "aime les gens plus que l'argent" se présentait en "candidat normal pour une présidence normale, au service de la République", un thème qu'il a longuement repris dimanche soir.

Samedi devant la presse venue à sa rencontre dans les rues de Tulle, il envisageait pour lundi matin deux hypothèses : "Le repos, mais pas éternel, ou les responsabilités immédiates".

"VICTOIRE RÉPARATRICE"

Ce sera donc le deuxième scénario, au terme d'un quinquennat marqué par la crise et une campagne électorale caractérisée par une montée des extrêmes, notamment du Front national de Marine Le Pen (17,9% au premier tour).

"On voit bien qu'au-delà de cette élection présidentielle il va falloir raccommoder le pays", confiait François Hollande vendredi soir à la presse à la mairie de Périgueux (Dordogne) au terme d'un ultime meeting de campagne.

"Ce sera mon premier devoir, faire qu''aucun électorat ne se sente humilié, abandonné, mis en cause", expliquait-il. "La victoire doit être belle au sens où elle doit être réparatrice et pas dominatrice".

Les choses vont aller très vite pour le président élu, qui devrait réserver à la chancelière allemande Angela Merkel l'un de ses premiers entretiens téléphonique, comme l'a rappelé dimanche Jean-Marc Ayrault, possible futur Premier ministre.

Berlin sera d'ailleurs son premier déplacement hors frontières après la passation de pouvoir, attendue autour du 15 mai, après la proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel.

D'ici là, sa compagne Valérie Trierweiler espérait "un break d'au moins 36 heures, une journée et une nuit". François Hollande repoussait vendredi l'idée d'une retraite dans un monastère "pour des raisons laïques". "Nicolas Sarkozy va penser que je vais à la Mecque, j'imagine!", plaisantait-il.

François Hollande a dit n'avoir "rien demandé" et ne vouloir "rien faire qui puisse changer les usages" pour la célébration du 8 mai 1945, mardi, ou la date de la passation de pouvoirs.

Le nouveau président est attendu dès le 18 mai aux Etats-Unis pour une réunion du G8 à Camp David qui sera suivie par un sommet de l'Otan à Chicago.

Du côté du gouvernement, l'analyse du score final doit déterminer le nom du Premier ministre et la composition de son équipe dirigeante, annoncée comme diverse et paritaire.

Edité par Yves Clarisse

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.