Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande risque de payer cher sa réforme territoriale

Reuters04/06/2014 à 00:02

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - La note politique de la réforme territoriale s'annonce salée pour François Hollande, dont la nouvelle carte de France a réveillé les rivalités régionales de ses troupes et provoqué le courroux de ses alliés radicaux pour un gain incertain.

Signe de la tension qui règne chez les barons du Parti socialiste, l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault a tenté de peser sur les derniers arbitrages du président en plaidant lundi sur les réseaux sociaux, mais en vain, pour la fusion de sa région Pays de la Loire avec la Bretagne.

Selon les informations recueillies par Reuters, le nombre et la forme des régions de la nouvelle carte n'ont été décidées que quelques minutes avant le bouclage de la presse régionale dans laquelle le président a publié les grandes lignes de sa réforme.

Fondée sur des critères souvent jugés arbitraires, la création de 14 super-régions a été qualifiée à droite de "fait du prince" par l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

"Tous les ingrédients d'un échec sont réunis", a estimé mardi pendant la séance des questions au gouvernement le chef du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, qui se retrouve sur la même ligne que le Front de gauche, pour laquelle la réforme est "détestable" et entraînera une "désertification".

A gauche, les alliés radicaux de François Hollande qui, au contraire des écologistes, sont restés au gouvernement après la démission de Jean-Marc Ayrault en avril, ont également jugé la réforme inacceptable, la qualifiant de "coup de force".

REFERENDUM IMPOSSIBLE

Avant même que soit abordée la question du nom des nouvelles régions ou de leur capitale, la réforme fait l'effet d'une grenade dégoupillée sur l'ensemble de l'échiquier politique.

"Je mesure tout à fait les difficultés qui président à un changement d'organisation territoriale", a reconnu le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, interrogé sur la capacité de l'exécutif à mener cette réforme présentée comme essentielle pour sauver un quinquennat compromis.

Décidée au lendemain de la déroute du Parti socialiste aux élections européennes, l'accélération de la réforme nourrit les procès en indécision intentés par l'opposition et une partie de l'opinion à l'encontre du chef de l'Etat.

Le nombre de régions retenues par François Hollande est supérieur aux 11 à 12 qu'il avait lui-même précédemment évoqué, et la suppression des conseils généraux est reportée à l'horizon 2020 pour éviter une révision constitutionnelle hors de portée.

Cette procédure suppose un référendum ou une ratification par le Parlement à la majorité des trois cinquièmes.

Dans un contexte de révolte d'une minorité grandissante de parlementaires socialistes et de la défiance de l'opinion, l'exercice aurait été extrêmement périlleux dans les deux cas.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a exclu de consulter les Français compte tenu de l'impopularité de François Hollande.

"Face à cette question d'intérêt général, vous répondriez à une autre question, vous répondriez concernant le président de la République car ce serait lui qui poserait la question", a estimé sur BFM-TV Manuel Valls, qui a dit redouter "l'addition de tous les contraires" sur ce type de scrutin.

ÉCONOMIES DOUTEUSES

Afin d'apaiser la "grogne" suscitée par la réforme, le Premier ministre a promis de laisser une part d'initiative, encore à définir, aux parlementaires.

"Il peut y avoir des évolutions, l'essentiel est de réduire le nombre de régions", a dit le Premier ministre, précisant que le débat s'ouvrirait en juillet au Sénat, après la présentation de deux textes de loi en conseil de ministre, le 18 juin.

Le gouvernement espère boucler la réforme en novembre, au prix d'une bataille parlementaire, afin de pouvoir procéder aux élections régionales et départementales l'année suivante.

Le coût politique de la réforme s'annonce lourd pour le président qui ne peut compter sur ses effets à court terme pour réduire la dépense publique.

Pour le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, les synergies attendues de la création du super-régions dotées de pouvoirs économiques élargis ne viendront que dans quelques années seulement.

"Je pense qu'à moyen terme, entre cinq et dix ans, en faisant des économies d'échelle, en supprimant les chevauchements de compétences, les doublons, on peut arriver à une dizaine de milliards d'euros d'économies", soit un peu moins de 5% du budget global des collectivités locales françaises.

Mais des spécialistes des finances publiques, de gauche comme de droite, et des experts indépendants doutent de ce chiffre et tablent sur des économies plus faibles.

(Avec Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.