Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

François Hollande prône l'apaisement social

Reuters19/10/2015 à 09:58

FRANÇOIS HOLLANDE PRÔNE L'APAISEMENT SOCIAL

PARIS (Reuters) - François Hollande a prôné lundi l'apaisement social en France, grâce notamment au dialogue avec les syndicats qu'il juge indispensable, et estimé que la situation à Air France n'était pas représentative de l'état du pays.

Invité sur RTL, le président français a réfuté tout risque d'explosion en réponse au secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, dont l'organisation boycotte la conférence sociale qui s'est ouverte lundi à Paris.

"Le conflit à Air France ne résume pas l'état de la France", a dit le président, deux semaines après les violences commises contre des dirigeants de la compagnie aérienne par des syndicalistes en colère, dont certains ont été mis en examen.

"Ce serait se tromper gravement de prendre un sujet Air France pour en faire un cas général", a-t-il ajouté.

François Hollande s'est refusé à commenter la décision du procureur d'interpeller à l'aube, à leur domicile, des syndicalistes d'Air France soupçonnés de violences. "Ensuite, je pense qu'il y a d'autres méthodes pour interpeller, mais ce n'est pas à moi de le dire."

"Ceux qui commettent des violences, ceux qui s'attaquent à des salariés, parce qu'en l'occurrence ce sont des salariés qui ont été molestés, doivent être punis", a-t-il toutefois ajouté.

Il a assuré sur ce point qu'il n'y avait aucune divergence de vues avec le Premier ministre, Manuel Valls, qui a évoqué des actes commis par des "voyous" et soutenu la direction.

Le chef de l'Etat a insisté sur l'importance de maintenir le dialogue avec les représentants des salariés.

"Ne comptez pas sur moi parce qu'il y a eu des violences ici ou là, en l'occurrence à Air France, pour discréditer le combat syndical, qui a sa noblesse et son utilité, à condition qu'à un moment on s'engage", a-t-il dit.

"LA MARMITE QUI CHAUFFE"

"Parce que s'il n'y jamais d'accord, certains, parmi les plus démagogues, diront (...) 'supprimons le paritarisme, supprimons les organisations syndicales, supprimons les institutions représentatives du personnel'. C'est pourquoi il est si important d'avoir eu des accords depuis 2012, et il y en a eu de nombreux."

Le dernier en date, conclu vendredi entre le patronat et des syndicats, porte sur les retraites complémentaires.

Il s'agit là d'une critique implicite de Nicolas Sarkozy qui a souvent attaqué les "corps intermédiaires", comme les syndicats, pendant son quinquennat.

Quant au syndicaliste de la CGT qui a refusé mardi dernier de lui serrer la main lors d'une visite au chantier naval de Saint-Nazaire, le président a répondu : "Tant pis pour lui".

"Je vais prononcer une phrase, vous savez, il y en eu, qui pourrait être également regardée comme vulgaire et grossière ? Sûrement pas", a-t-il dit en référence au "casse-toi, pauvre con" lancé en 2008 par Nicolas Sarkozy à un visiteur du salon de l'agriculture qui avait refusé de lui serrer la main.

Interrogé sur le risque d'explosion sociale en France, le président a dit ne pas croire les "champions du thermomètre", ceux "qui veulent toujours qu'il y ait toujours une marmite qui chauffe qui explose."

Il a prôné l'apaisement.

"Nous devons vivre dans une société apaisée. Il y a toujours des conflits, toujours des confrontations, toujours des intérêts divergents. Comment devons-nous répondre ? Par de la violence ? Sûrement pas. Par de l'apaisement, et donc le dialogue", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, lui a répondu en jugeant que les événements à Air France étaient "quand même significatifs".

"Même si on n'a pas justifié le fait qu'il y ait de la violence physique, dans le même temps aller chercher des délégués à 06h00 du matin, entendre parler (...) de 'voyous', c'est quand même pousser le bouchon un peu loin", a-t-il dit sur France 2.

Philippe Martinez a déclaré de son côté que des négociations ne pouvaient se limiter à du "chantage : soit vous acceptez des reculs sociaux, soit on licencie !".

"On ne peut pas avoir le choix entre se couper le bras droit ou se couper le bras gauche quand on négocie", a-t-il ajouté sur France Inter.

(Elizabeth Pineau et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.