Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

François Hollande prend le virage assumé de l'impopularité

Reuters 24/09/2012 à 20:48

FRANÇOIS HOLLANDE PREND LE VIRAGE ASSUMÉ DE L'IMPOPULARITÉ

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Entre envolée du chômage, plans sociaux, croissance en berne et hausses d'impôts du budget 2013, de noirs nuages assombrissent l'automne de François Hollande, qui paie en impopularité les doutes des Français sur sa capacité à faire face.

Lors de la réunion d'agenda du matin à l'Elysée, à laquelle le président de la République assiste chaque lundi, il n'a été officiellement question ce jour que "des grandes échéances à venir", à commencer par son intervention aux Nations unies, mardi à New York, une première pour le président socialiste au sein d'une instance mondiale de cette dimension.

Les conseillers élyséens ne sauraient cependant manquer d'analyser les moyens de freiner, à défaut de stopper, l'effritement à grande vitesse du capital de sympathie présidentiel auprès des Français.

François Hollande a subi en un mois une chute importante jusqu'à se retrouver sous la barre des 50% de satisfaits dans plusieurs sondages.

La baisse est de 11 points dans une enquête Ifop pour le Journal du dimanche, à 43% de satisfaits, tandis que son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, perd sept points, à 50%. Un niveau plancher pour le président depuis son élection le 6 mai dernier, tous sondages confondus.

Lors d'un déplacement samedi en Allemagne, François Hollande a dit vouloir être jugé sur son action plutôt qu'en fonction des "hauts et des bas" des cotes de popularité.

"Ce qui compte, c'est le cap qui est fixé, les moyens de l'atteindre et la force que l'on met pour obtenir les résultats", a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière Angela Merkel.

"Les débuts de mandat sont forcément une période où les attentes sont considérables. Les fins de mandats sont des temps où des résultats sont demandés", a-t-il dit. "Je demande à être jugé sur les résultats et ça prendra la temps nécessaire".

Le 9 septembre sur TF1, il a donné deux ans à son "agenda du redressement" pour porter ses fruits.

L'exécutif se prépare donc à une longue période de désamour avec l'opinion sur fond de crise "d'une gravité exceptionnelle", selon les termes présidentiels.

"PAS D'ÉCHAPPATOIRE"

"On risque d'aller dans une dynamique de très basse popularité -les mauvaises nouvelles vont continuer à arriver et il n'y a pas d'échappatoire", a dit à Reuters Daniel Boy, du centre de recherche de Sciences Po (Cevipof). "Et ça va rendre encore plus difficile les décisions sur la rigueur".

Les mauvaises nouvelles ne manquent pas. Aux difficultés économiques vient s'ajouter la crise provoquée par le refus des élus écologistes de voter le traité européen sur la stabilité financière.

A son retour des Etats-Unis, François Hollande présidera vendredi un conseil des ministres consacré à un budget 2013 qui demandera aux Français 20 milliards d'euros d'efforts. "Une boussole, un cap qui permet de savoir où l'on va", selon la définition du ministre des Finances, Pierre Moscovici.

Le gouvernement espère que l'opinion sera sensible au sens de la justice des mesures présentées, mais rien ne dit que cela se traduira par une remontée dans les sondages.

"Quand un gouvernement et un président de la République s'apprêtent à présenter un budget comme celui-là, ils ne s'imaginent pas gagner 11 points dans les sondages", expliquait Najat Vallaud-Belkacem lundi matin sur RMC et BFM-TV.

Pour la porte-parole du gouvernement, "il n'y a rien de bien surprenant quand on prend des décisions responsables, qui ont été longtemps repoussées par d'autres, à en subir les effets dans les enquêtes d'opinion. Mais nous, nous sommes pour être jugés sur les résultats, pas par les sondages".

L'entourage du président espère de son côté que ce budget, "très ancré dans la justice fiscale", qui fera porter les efforts sur les grandes entreprises et les plus aisés en préservant PME, emploi et logement donnera aux Français "un sentiment qu'il y a un desserrement de la contrainte et un effort basé sur la solidarité".

Dans son analyse du sondage paru dans le JDD, le directeur général adjoint de l'Ifop, Frédéric Dabi, parle de "désenchantement" vis-à-vis de François Hollande, mais pas de sentiment de "trahison" des Français. "C'est un aspect positif de cette vague. Il y a encore un crédit pour Hollande", dit-il.

Un membre de l'entourage du président dit comprendre que ses concitoyens demandent des comptes au locataire de l'Elysée.

"Elu au suffrage universel direct, le président est en première ligne de facto", dit-il. "L'unique référent, c'est lui".

Avec Mark John, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.