1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande passera à l'action en avril, dit son entourage
Reuters25/03/2014 à 21:39

FRANÇOIS HOLLANDE PASSERA À L'ACTION EN AVRIL, DIT SON ENTOURAGE

par Julien Ponthus et Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande passera "à l'action" et parlera aux Français avant la fin avril, quand le gouvernement s'engagera sur le pacte de responsabilité, a-t-on appris mardi à l'Elysée.

"En avril, il y aura nécessairement une expression et une action", dit-on dans l'entourage du président, où l'on exclut d'attendre les lendemains de l'élection européenne du 25 mai.

"On ne peut pas attendre fin mai sinon on est dans une espèce d'attente, d'inertie."

Deux jours après le premier tour des élections municipales vécues comme un désaveu pour la majorité, l'entourage du chef de l'Etat dit avoir entendu "l'avertissement" des Français, qui s'est traduit par un net recul du PS sur fond d'abstention à gauche et une forte montée du Front national.

Des voix, de plus en plus nombreuses, s'expriment publiquement au sein du Parti socialiste pour réclamer un remaniement, voire un changement de cap.

S'il souhaite mobiliser pour le second tour, François Hollande n'entend pas moins maintenir le cap fixé lors des voeux du 31 décembre, souligne-t-on dans son entourage.

"Il faut toujours entendre les électeurs. Si vous ne les entendez pas au premier tour, ils vous le répètent au second."

La "claque" du 23 mars provoque des frictions dans la majorité, où les appels à un remaniement se font pressants.

Le gouvernement devra "évoluer", a reconnu le ministre du Travail, Michel Sapin, un proche de François Hollande.

Comme le porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée, Thierry Mandon, qui demande "une équipe plus professionnelle", le député socialiste Christophe Caresche a déclaré à Reuters qu'il fallait "tout revoir".

"Ça ne concerne pas que le Premier ministre, ça concerne tout le monde, ça concerne aussi le parti", a-t-il dit. "Il n'y a plus vraiment le choix, on est au pied du mur."

Le changement est massivement réclamé par les Français, à 79% selon un sondage BVA diffusé lundi.

"CORRECTIONS"

L'Elysée évoque des "corrections" à apporter, comme autant de mea culpa après 22 mois de manoeuvres en temps de crise sur fond d'impopularité record, sans apporter de réponse précise.

"Il faut être plus efficace, plus rapide et mieux organisé", reconnaît-on dans l'entourage de François Hollande.

Malgré les nuages qui planent sur le second tour des municipales, pas question de céder à l'affolement.

"On ne fait pas un remaniement par rapport à une élection mais par rapport à une logique. Pour que ça marche, il faut qu'il y ait un nouveau temps, une nouvelle perspective", dit-on.

L'entourage du président assure qu'il ne prévoit aucune participation à une émission télévisée dans l'immédiat mais "il y aura bien une expression, même si sa date n?est pas encore fixée."

L'agenda reste dense, avec de nombreuses contraintes la semaine prochaine et un voyage au Mexique les 10 et 11 avril.

Le gouvernement présentera le 15 avril son "pacte de responsabilité", par lequel il promet de baisser de 10 milliards d'euros supplémentaires le coût du travail pour les entreprises, et son programme de stabilité.

"Il ne faut jamais se laisser prendre par un calendrier il y a un travail à terminer", dit-on à l'Elysée. "Le président doit faire l'explication du pacte, cela doit être lisible".

L'actuel Premier ministre est à la manoeuvre pour la finalisation du pacte, qui sera assorti d'un plan d'économies de 50 milliards pour la période 2015-2017 pour lequel le ministère du Budget vient de transmettre ses propositions à Matignon.

Pour l'heure, la question du maintien de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre pour mettre en oeuvre le Pacte qu'il a préparé ne semble pas avoir été tranchée.

Objet d'un procès en autorité et en efficacité depuis son arrivée à Matignon, ce fidèle de François Hollande a paru fragiliser ses chances de se succéder à lui-même lors de sa prestation télévisée dimanche soir, que certains dans son camp n'ont pas trouvé "à la hauteur".

(Edité par Yves Clarisse)

25 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    09 avril00:20

    Il vente les qualités du Logiciel Socialiste.Un logiciel vérouillé par l'idéologie,mais lorsqu'on l'appliquera ,c'est un gouffre à Milliards ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer