Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande mise sur la fiscalité et le soutien financier

Reuters13/03/2012 à 16:45

POUR FRANÇOIS HOLLANDE, LA FRANCE NE DOIT PAS IMITER UN MODÈLE EN MATIÈRE DE COMPÉTITIVITÉ

PARIS (Reuters) - François Hollande a présenté mardi ses propositions pour augmenter la compétitivité des entreprises françaises, une clé de la relance économique qui passe selon lui par des réformes fiscales, un accroissement du soutien financier public et privé, et l'amélioration de la formation et de la gouvernance.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, favori des sondages, compte impliquer l'Etat et les collectivités locales dans un "pacte national de confiance autour de l'idée de compétitivité", et fixer des objectifs.

Opposé à la "TVA sociale" par laquelle son rival Nicolas Sarkozy veut légèrement baisser les charges sociales et qu'il juge "injuste, inflexible et même inconséquente sur le plan de l'activité économique", François Hollande compte augmenter l'impôt des grandes entreprises et réduire celui des petites.

Trois taux d'imposition sur les sociétés seraient créés, a-t-il rappelé lors d'une conférence sur le thème de la compétitivité, à Paris: 15% pour les très petites, 30% pour les moyennes et 35% pour les grandes.

La réforme de l'impôt sur les sociétés voulue par la candidat socialiste comportera en outre "un certain nombre de remises en cause de situations qui ne peuvent plus être acceptées, sans atteindre la compétitivité des entreprises".

Il a cité les entreprises "non imposables parce qu'elles transfèrent à l'étranger un bénéfice réalisé en France ou bénéficient de niches fiscales au titre de leurs opérations financières".

"Ces deux mécanismes qui ne peuvent pas être admis seront modifiés" s'il est élu en mai, a-t-il prévenu.

François Hollande promet de réorienter le système d'exonération de cotisations sociales, qu'il juge inefficace: "25 milliards d'euros ne sont pas utilisés vraiment pour améliorer la compétitivité", a-t-il dit.

Le financement de la protection sociale sera revu en concertation avec les partenaires sociaux, "appelant sûrement de nouvelles recettes (...) qui devront avoir le moins d'effet possible sur la croissance et le plus d'impact possible sur l'emploi", a-t-il dit.

COTISATION FONCIÈRE

Les aides aux entreprises seraient ciblées sur celles qui exportent ou ont vocation à le faire.

Pour soutenir l'investissement, il propose une réduction de la cotisation foncière des entreprises proportionnelle au montant investi.

"Chaque fois qu'une entreprise investira, elle aura une baisse de la cotisation foncière des entreprises qui est aujourd'hui perçue par les collectivités locales. Cela sera entièrement compensé par l'Etat", a-t-il précisé.

Favorable au crédit impôt recherche, "un dispositif qui incontestablement marche", il compte lui associer un "crédit impôt innovation" pour "soutenir durablement la compétitivité".

Le soutien public serait accru grâce à une Banque publique d'investissement pour accompagner le développement des entreprises en capital, en prêts participatifs ou de long terme.

Cette banque s'appuiera sur les fonds régionaux, Oseo, la Caisse des dépôts et consignations et le Fonds stratégique d'investissement (FSI).

Le versement des crédits du "Grand emprunt" engagé sous l'actuel gouvernement serait accéléré pour des projets jugés essentiels.

Grâce à un "nouvel acte de décentralisation", les régions "auront davantage de marge de manoeuvre qu'aujourd'hui pour prendre des participations dans les entreprises et accompagner leur développement", a ajouté le député de Corrèze.

Le soutien privé viendrait de la création d'un Livret d'épargne industrie, dont le plafond sera le double de celui du Livret du développement durable pour atteindre 12.000 euros.

De même, "les mécanismes d'assurance-vie devront être revus" pour orienter l'épargne vers l'industrie et l'économie productive, a-t-il dit.

Côté formation, le candidat socialiste veut favoriser l'enseignement professionnel et lutter contre l'échec scolaire, avec l'objectif de baisser de moitié le nombre de jeunes sortant chaque année de l'école sans diplôme, qui est actuellement de 150.000, en cinq ans.

Pour améliorer la gouvernance, il veut institutionnaliser la présence des représentants des salariés dans les instances des entreprises de plus de 1.000 salariés: conseils d'administration, conseils de surveillance et comités de rémunération.

Elizabeth Pineau, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.