Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande maintient le cap malgré de sombres prévisions

Reuters29/05/2013 à 23:32

LES PRÉVISIONS DE L?OCDE

par Elizabeth Pineau

RODEZ, Aveyron (Reuters) - François Hollande a défendu mercredi sa politique pour l'emploi, au risque de l'incantation à l'heure où toutes les prévisions convergent pour annoncer un prolongement de la crise en France et en Europe.

En déplacement dans l'Aveyron rural et industriel, le chef de l'Etat a réaffirmé sa volonté de réveiller l'activité en France.

Tous les signes sont pourtant contre lui : les chiffres du chômage d'avril attendus jeudi seront sans doute mauvais, la Commission européenne somme Paris de faire des réformes structurelles et l'OCDE prédit à l'économie française encore 18 mois sombres, au minimum.

"Il pleut tout le temps au moins depuis un an. Vous allez voir, ça va se lever", a tenté dans un sourire le président devant des centaines d'ouvriers réunis à Rodez, filant la métaphore météorologique en ce printemps pluvieux où les Français ne voient pas la fin de la crise.

Devant la presse, le chef de l'Etat a fait fi des prévisions de l'OCDE prédisant une hausse du chômage en France jusqu'à la fin 2014 au moins, alors que lui-même veut en inverser la courbe d'ici la fin de l'année.

"Moi, je ne suis pas dans les concours de pronostics, je ne fais pas un pari sur l'avenir", a-t-il affirmé. "Je fais une politique qui doit avant la fin de l'année 2013 inverser la courbe du chômage et après en 2014 continuer à réduire le chômage".

"Je vais pas me résigner, je ne vais pas rester les bras ballants", a-t-il insisté à la veille d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel à Paris, avec qui il parlera notamment de la lutte contre le chômage des jeunes.

Même coup de menton présidentiel à l'égard de la Commission européenne, qui enjoint la France d'engager des réformes d'ampleur, notamment des retraites, tout en lui accordant jusqu'en 2015 pour ramener son déficit public à 3% du PIB.

"JE VEUX SALUER LE SYNDICALISME FRANÇAIS"

"La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire, elle a simplement à dire que la France doit rétablir ses comptes publics", a dit le président. "Ce qui est la vérité sur les retraites, c'est qu'une discussion s'engagera avec les partenaires sociaux avec justice, responsabilité et volonté d'en terminer avec les déficits".

La concertation des partenaires sociaux doit aboutir à une réforme des retraites d'ici la fin de l'année, en vue d'un équilibre des régimes à l'horizon 2020.

François Hollande a prédit un compromis qui reviendra à "faire contribuer davantage un certain nombre de Français", à travailler plus longtemps "en tenant compte de la pénibilité".

Le président a fait un lien avec le dialogue social mené au sein de l'entreprise Bosch de Rodez, premier employeur du département de l'Aveyron.

Syndicats et direction de cette entreprise d'équipement automobile de 1.600 personnes ont signé fin avril un accord de "flexisécurité" pour préserver l'emploi.

Il prévoit notamment un investissement de 29 millions d'euros permettant la montée en gamme d'une ligne de production d'injecteurs diesel, une hausse salariale limitée à 0,6% en 2014 et la création d'un "compteur temps collectif" pour faire face aux fluctuations d'activité sans avoir recours au chômage partiel.

"Je veux saluer le syndicalisme français, celui qui signe des accords - ici tous les syndicats l'ont fait -, même celui qui ne signe pas d'accord et qui se met autour de la table et cherche de bonne foi à trouver la solution", a dit le président. "On a besoin de ce dialogue, de cette concertation".

Le déplacement présidentiel prolongeait une journée qui a commencé par un séminaire pour l'emploi réunissant à l'Elysée gouvernement, préfets, associations d'élus et directions des ressources humaines de grands groupes (France Telecom, SNCF, McDonald's, Danone, Carrefour, GDF-Suez notamment).

Le nombre de demandeurs d'emploi en France a dépassé en mars le chiffre de 3,2 millions, un record historique.

Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.