Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande invite la culture dans son "rêve français"

Reuters19/01/2012 à 19:35

FRANÇOIS HOLLANDE INVITE LA CULTURE DANS SON "RÊVE FRANÇAIS"

par Elizabeth Pineau

NANTES (Reuters) - François Hollande a promis jeudi à Nantes qu'une fois élu il "sanctuariserait" le budget de la culture et proposerait une loi appelée à remplacer la Haute autorité mise en place par Nicolas Sarkozy pour lutter contre le téléchargement illégal.

Sans avancer de propositions chiffrées, le candidat socialiste à la présidentielle a vanté "la culture pour tous", facteur de "création d'activité, de richesse, d'emplois".

"Ce que je veux signifier, c'est la culture comme grande ambition nationale", a-t-il déclaré dans un discours prononcé dans le cadre des Biennales internationales de Nantes.

"Nous ne voulons pas la culture pour chacun que certains développent mais la culture pour tous, et partout", a-t-il dit devant des centaines de personnes réunies à la Cité des congrès.

"La culture fait partie du rêve français", a-t-il assuré, reprenant l'un de ses slogans de campagne.

Pour ce premier déplacement de candidat entièrement consacré à ce thème, il a annoncé son intention de remplacer la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi) par un autre système incluant une participation financière des acteurs du numérique afin de financer la création.

"Cette culture à domicile ne doit pas être considérée comme une menace mais bien au contraire comme un levier, si nous savons l'utiliser, de diffusion", a expliqué François Hollande.

"Nous devons essayer de régler cette question de manière autant qu'il est possible consensuelle et durable."

LA CULTURE, UN "INVESTISSEMENT"

Le candidat a demandé que le budget de la culture soit "sanctuarisé", appelant de ses voeux une loi d'orientation pour le spectacle vivant "de manière à augmenter les moyens" ainsi qu'un contrat entre l'Etat et les collectivités locales, qui financent les projets culturels en France à hauteur des deux tiers, "pour pérenniser, amplifier un certain nombre d'actions".

Il a également rappelé son opposition à la hausse récente de la TVA de 5,5% à 7% dans le secteur du livre.

En temps de crise, "la culture ce n'est pas un coût, ce n'est pas une charge, c'est un investissement", a-t-il estimé.

"Jamais les Français n'ont ces derniers mois fréquenté autant les musées, les spectacles, les cinémas", a-t-il aussi fait remarquer. "Lorsqu'émerge la peur de l'autre, un sentiment de déclin (...), alors nous devons nous tourner vers la culture, c'est elle qui nous élève, qui nous construit, qui nous rassemble."

Estimant que les questions culturelles devaient dépasser le débat droite-gauche, François Hollande a cité le socialiste Jack Lang, mais rendu aussi hommage aux ex-ministres de la Culture de droite André Malraux, Edmond Michelet et Jacques Duhamel.

Fustigeant une fois de plus le bilan de Nicolas Sarkozy, le candidat socialiste a déploré la "perte considérable d'influence" de la France dans le monde ces dernières années.

"La culture française à l'étranger c'est un moyen de faire entendre notre langue, notre production et paradoxalement notre économie", a-t-il fait remarquer.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.