Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande en équilibriste entre Jérusalem et Ramallah

Reuters18/11/2013 à 22:07

FRANÇOIS HOLLANDE EN ÉQUILIBRISTE ENTRE JÉRUSALEM ET RAMALLAH

par Elizabeth Pineau

JERUSALEM/RAMALLAH, Cisjordanie (Reuters) - François Hollande a défendu lundi une position d'équilibre dans le conflit au Proche-Orient, invitant les Palestiniens à "faire des gestes" pour permettre un accord de paix avec Israël, sommé pour sa part de cesser toute colonisation.

Le chef de l'Etat français a passé une partie de la journée à Ramallah, étape palestinienne de son voyage au Proche-Orient, où il s'est dit soucieux d'être "utile à la paix" sans "vouloir faire plus pour les uns ou pour les autres".

Dans un discours à la Knesset en fin d'après-midi, il s'est placé dans les pas de ses prédécesseurs, affirmant qu'un "statu quo n'est pas tenable" sauf à être source de "ressentiment", de "rancune" et de "haine".

Trente et un ans après François Mitterrand, il a défendu la solution d'un "règlement négocié pour que l'Etat d'Israël et l'Etat de Palestine ayant tous deux Jérusalem pour capitale puissent coexister en paix et en sécurité". Une solution qui permette d'"en terminer avec toutes les revendications".

"L'Etat palestinien devra être construit sur des bases solides. Il devra être viable. C'est pourquoi la colonisation doit cesser car elle compromet la solution des deux Etats", a-t-il demandé, déclenchant les applaudissements d'une partie de la salle.

"GESTES"

François Hollande a reconnu dans le même temps les efforts consentis côté israélien, comme la libération de prisonniers, et rappelé sa position de fermeté vis-à-vis de l'Iran voisin, que "la France ne laissera pas se doter de l'arme nucléaire".

A Ramallah, François Hollande a proclamé son amitié au peuple palestinien tout en réclamant des "gestes" dont il n'a pas précisé la teneur.

"Nous sommes à vos côtés et en même temps nous sommes conscients que c'est dans ces derniers moments que tout peut se bloquer", a-t-il dit devant la presse aux côtés du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

"Il faut faire les gestes, toujours les gestes, parce que c'est le dernier geste qui va compter", a-t-il poursuivi, à l'heure où la relance du processus de paix est fragilisée par la récente démission de la délégation palestinienne aux négociations, faute de progrès constatés.

Il a aussi évoqué des "frontières sûres" sur la base de celles de 1967 et la possibilité d'un échange de territoires et de mécanismes de compensation.

Israël exige notamment la reconnaissance par les Palestiniens de son caractère juif, ce qui empêcherait le retour des personnes expulsées en 1948 lors de la création de l'Etat hébreu, geste auquel se refusent les négociateurs palestiniens à ce stade des négociations.

NETANYAHU INVITE ABBAS À LA KNESSET

A la Knesset, Benjamin Netanyahu a pris le ton du défi en invitant Mahmoud Abbas à venir à la Knesset reconnaître l'Etat d'Israël.

"Je lui lance un appel: brisons la glace, venez à la Knesset, je viendrai à Ramallah. Venez à cette tribune et reconnaissez la vérité historique", a lancé le Premier ministre, insistant sur la présence multimillénaire du peuple juif en terre d'Israël.

Tzipi Livni, la négociatrice en chef côté israélien, a déclaré lundi à la radio israélienne que son homologue palestinien était "de retour aux affaires" et que les négociations, interrompues depuis une semaine, allaient reprendre.

Les Palestiniens veulent établir un Etat en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Ils craignent que la colonisation israélienne les empêche de créer un Etat viable. Plus de 500.000 Israéliens vivent en Cisjordanie et à Jérusalem-Est aux côtés de 2,5 millions de Palestiniens.

François Hollande a proposé l'organisation l'an prochain d'une conférence de donateurs pour les Palestiniens après celle de 2007 à Paris. Plusieurs accords ont été signés lundi, portant notamment sur la formation de fonctionnaires et la construction d'un lycée français à Ramallah.

Interrogé sur l'équilibre de son soutien aux parties israélienne et palestinienne, le président français a répondu ne pas chercher "un équilibre, une espèce de parallélisme des forces", mais les moyens d'"être utile à la paix".

Mahmoud Abbas s'est déclaré pour sa part "rassuré par son hôte, dont le propos lui a paru "équilibré, sage et juste".

Un diplomate français a jugé réussi ce premier voyage du président français au Proche-Orient, constatant que "la chaleur est là".

"On est un des seuls pays à avoir des relations d'amitié à la fois avec les Israéliens et les Palestiniens, ce qui nous donne la capacité de dire des choses", a-t-il considéré.

Avec Crispian Balmer, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.