Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande attendu sur tous les fronts

Reuters21/08/2012 à 11:09

RENTRÉE CHARGÉE POUR LE GOUVERNEMENT

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Economie en berne, plans sociaux et incertitudes européennes pèsent sur la rentrée du gouvernement, qui a un mois pour préparer un budget 2013 draconien tout en répondant au malaise grandissant d'un pays inquiet pour son avenir.

"La rentrée, c'est maintenant", a résumé François Hollande dimanche soir à son retour à Paris - dans une boutade rappelant le slogan d'une campagne électorale déjà lointaine.

"Le changement se poursuit à son rythme", a ajouté le chef de l'Etat, dont l'agenda réplique aux accusations "d'attentisme" ou de "creux" de la droite et d'une partie de la gauche, Jean-Luc Mélenchon en tête, sur ses 100 premiers jours au pouvoir.

Même au PS, le porte-parole David Assouline parle d'une rentrée de "gravité, tant la situation du pays est difficile et les attentes sont fortes".

En recevant lundi après-midi les ministres du Budget et du Redressement productif, Jérôme Cahuzac et Arnaud Montebourg, François Hollande a d'emblée fait passer le message que l'emploi et les finances publiques restaient des priorités.

Le président de la République, qui a pris 15 jours de vacances, renoue ce mardi avec le traditionnel déjeuner hebdomadaire en compagnie du Premier ministre.

Mercredi soir, l'ensemble du gouvernement se retrouvera à Matignon pour un dîner "amical et convivial", selon l'entourage de Jean-Marc Ayrault. Objectif : mobiliser les troupes autour des grands dossiers que le chef du gouvernement aura égrené dans la matinée en conseil des ministres.

La situation des Roms, après les tensions liées aux expulsions décidées en début de mois, fera l'objet d'une réunion interministérielle dans l'après-midi.

A l'orée d'une période difficile pour le pouvoir d'achat, le gouvernement a augmenté de 25% l'allocation de rentrée scolaire, dont le versement est effectif à partir de ce mardi pour quelque trois millions de familles.

L'envolée des prix du carburant fera quant à elle l'objet d'une réunion des professionnels du secteurs la semaine prochaine autour du ministre de l'Economie, Pierre Moscovici.

MOROSITÉ

Les chiffres tombés pendant l'été n'ont fait que confirmer la morosité ambiante, avec un chômage toujours en hausse et une économie française qui a enregistré une croissance nulle pour le troisième trimestre consécutif sur la période avril-juin, échappant de justesse à la récession.

Le budget 2013, pour lequel une trentaine de milliards d'euros restent à trouver, s'annonce difficile à boucler pour un exécutif qui s'est jusqu'ici employé à revoir la politique du précédent gouvernement et à appliquer une partie des promesses électorales.

"C'est un budget contraint qui demande un effort mais qui devra être lisible, équitable et porter des fruits dans le redressement", dit-on dans l'entourage de François Hollande.

A l'image de Pierre Moscovici, qui affirmait ce week-end croire au retour de la croissance l'an prochain, le gouvernement entend rester positif.

"Les Français sont pessimistes et en même temps, ils espèrent. Il faut leur tenir un discours de vérité tout en leur montrant ce qu'il faut faire. Il faut de la créativité, de l'imagination", dit une source gouvernementale.

A l'international, le drame syrien et la crise de la zone euro dominent une actualité anxiogène.

François Hollande a reçu lundi à l'Elysée l'Algérien Lakhdar Brahimi, nouveau médiateur international dans le conflit en Syrie, à qui il a demandé de "tout mettre en oeuvre afin d'obtenir d'abord la cessation des violences" qui ont fait plus de 18.000 morts.

Le dossier sera au menu de la rencontre entre François Hollande et Angela Merkel, jeudi soir à Berlin.

Autre sujet brûlant : la crise de la zone euro marquée par les difficultés des banques espagnoles et la Grèce, qui demande un délai supplémentaire de deux ans pour respecter les engagements convenus dans le cadre d'un second plan d'aide international de 130 milliards d'euros.

L'Allemagne, qui affiche sa fermeté sur ce dossier, recevra vendredi le Premier ministre grec Antonis Samaras, attendu le lendemain matin par François Hollande à l'Elysée.

Avec Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.