Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

François Fillon se positionne à Toulouse en chef de l'opposition

Reuters16/11/2012 à 09:13

FRANÇOIS FILLON SE POSITIONNE EN CHEF DE L'OPPOSITION

par Guillaume Serries

TOULOUSE (Reuters) - A trois jours de l'élection à la présidence de l'UMP, le candidat François Fillon s'est campé jeudi soir en position de chef de l'opposition, critiquant le gouvernement et déroulant son programme de reconquête du pouvoir plutôt que de se comparer systématiquement à son adversaire Jean-François Copé.

Dans un discours d'une heure trente prononcé à Toulouse, face à des sympathisants venus en nombre, l'ancien Premier ministre français s'est livré à une critique en règle du gouvernement socialiste et du président de la République François Hollande.

Il a aussi donné quelques engagements en matière de gouvernance interne de l'UMP, promettant, s'il remporte cette élection, d'"organiser chaque année des référendums internes pour régler la ligne politique" du parti.

S'en prenant au gouvernement, il a évoqué une "volonté aveugle de faire aboutir coûte que coûte des sujets aussi sensibles et conflictuels que celui du mariage des homosexuels". Il a promis que, s'il était élu à la tête de l'UMP, il organiserait de grands débats pour "éclairer les Français sur des enjeux qu'on leur dissimule sciemment".

"On ne peut pas écrire dans la loi le droit de donner la mort", a-t-il affirmé au sujet de l'euthanasie.

Il s'est aussi dit, comme Jean-François Copé, actuel secrétaire général de l'UMP, déterminé à mener une politique de droite sans complexe. Il a rappelé son action passée contre le voile à l'école et le port de la burqa. En matière d'immigration, il s'est dit favorable à un quota annuel d'étrangers autorisés à entrer en France.

"JE NE REGRETTE RIEN"

"Nous n'avons pas le droit de donner le vote aux élections locales à des hommes et des femmes qui ne sont pas citoyens français, c'est-à-dire qui n'adhèrent pas aux valeurs qui sont les nôtres", a-t-il affirmé au sujet du droit de vte des étrangers.

"Pourquoi infliger à notre pays qui est déjà fragilisé par la crise de tels débats ?", s'est-il interrogé.

Il a aussi défendu le précédent quinquennat en tant que Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

"Je ne regrette rien de ce quinquennat tonitruant. J'assume avec Nicolas de n'avoir jamais cédé aux intimidations de la rue. C'est vrai que nous n'avons pas tout réussi, mais personne ne peut dire que nous n'avons pas osé."

Pour faire face à la dépense publique, il a proposé une "triple règle d'or" qui régulerait les dépenses de l'Etat, des collectivité locales et de la sécurité sociale.

"Si on n'est pas capable de redresser l'économie, on ne redressera rien du tout", a-t-il déclaré en se disant pour "l'abrogation pure et simple de toutes les lois sur les 35 heures".

Soucieux de ménager les divergences des militants sur l'Europe, il a joué de son passé d'eurosceptique, rappelant qu'il avait voté contre le traité de Maastricht, avant d'appeler à la construction d'une "Europe qui nous protège et non pas qui nous affaiblisse".

Il n'a toutefois pas manqué de souligner sa différence avec Jean-François Copé sur le plan du caractère : "je revendique ma tempérance médiatique", a-t-il dit, assurant que "nous n'avons pas à être les faire-valoir de tous les amuseurs publics de la planète".

Il a aussi promis que s'il était élu à la tête de l'UMP, toutes les investitures du parti aux futures élections seraient soumises au vote des militants.

Réaffirmant son souhait de réserver les primaires qui désigneront le candidat de l'UMP pour l'élection présidentielle de 2017 "aux sympathisants et aux électeurs de la droite et du centre" , il a affiché son ambition : "Oui, je serai candidat à ce rendez vous des primaires si vous me faites confiance au vote de dimanche."

Edité par Danielle Rouquié

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.