Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Fillon reconnaît des échecs mais plaide le courage

Reuters03/02/2012 à 00:26

FRANÇOIS FILLON LOUE LE COURAGE DE NICOLAS SARKOZY ET SA GESTION DE LA CRISE

PARIS (Reuters) - François Fillon a reconnu jeudi des échecs pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy mais a estimé que le courage du chef de l'Etat et sa gestion de la crise devraient lui valoir d'être réélu par les Français à la présidentielle du printemps.

Invité de l'émission politique "Des paroles et des actes", sur France 2, le Premier ministre a défendu le bilan du gouvernement et plaidé pour la continuité des réformes, notamment pour réduire les déficits.

"Il y a 100 milliards de déficits qu'il faut, d'ici 2016, faire disparaître", a-t-il dit.

Le plus à même de mener à bien cette politique est Nicolas Sarkozy, a-t-il suggéré. "Ma conviction, c'est que dans cette crise, les Français choisiront le plus solide."

François Fillon a esquissé un mea culpa sur l'action du gouvernement mais a insisté sur le fait que Nicolas Sarkozy et lui-même avaient toujours fait face à leurs responsabilités.

"Bien sûr que nous n'avons pas tout réussi, bien sûr qu'il y a eu des espérances que nous avons déçues, mais personne ne pourra nous accuser à l'issue de ce quinquennat d'avoir fait preuve de lâcheté", a-t-il dit.

Une semaine après un face-à-face dans la même émission entre le candidat socialiste François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé qui, selon de nombreux observateurs, avait tourné à l'avantage du premier, François Fillon a été confronté à Martine Aubry.

"J'aurais aimé vous entendre parler des atouts de la France", a lancé au Premier ministre la première secrétaire du PS, battue par François Hollande lors de la primaire socialiste.

PRESQUE VAINCU PAR UNE SCIATIQUE

Lors d'un débat sans éclats de voix et rarement passionnant, François Fillon a une nouvelle fois accusé l'opposition socialiste de noircir de manière caricaturale le bilan du gouvernement.

"Laissons les Français juger", a répondu Martine Aubry, qui a qualifié d'"inutiles et injustes" les dernières mesures annoncées par le gouvernement, notamment la hausse de la TVA.

François Fillon, qui aura été le seul Premier ministre de Nicolas Sarkozy pendant le quinquennat, malgré des relations parfois tendues avec le chef de l'Etat, n'a pas nié qu'il y ait eu des divergences mais n'a pas souhaité entrer dans les détails.

"Les mauvais souvenirs, je les garde pour moi", a-t-il dit avant de confier l'un des secrets de sa longévité : "Je crois que la ténacité a été assez utile pendant ces cinq dernières années."

Le chef du gouvernement, très loyal envers Nicolas Sarkozy depuis sa reconduction à la faveur du remaniement de novembre 2010, a dit avoir formé avec le président "un couple efficace et harmonieux".

Il a dit n'avoir songé à abandonner ses fonctions qu'une seule fois, en raison d'une sciatique. "Quand on ne peut même pas s'asseoir dans sa voiture, c'est compliqué", a-t-il dit.

François Fillon, qui se présentera au printemps prochain aux législatives à Paris et pourrait briguer deux ans plus tard la mairie de la capitale, a dit se garder "toutes les options" pour son avenir personnel, sans être plus précis.

Sa question d'une candidature à la présidentielle de 2017 "n'a pas d'intérêt aujourd'hui", a-t-il dit, sans fermer tout à fait la porte.

Patrick Vignal


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.