Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Fillon franchit le Rubicon mais continue de négocier

Reuters04/12/2012 à 19:30

FRANÇOIS FILLON OFFICIALISE SON GROUPE À L'ASSEMBLÉE NATIONALE

PARIS (Reuters) - Le dialogue se poursuit entre Jean-François Copé et François Fillon pour tenter de résoudre la crise à l'UMP mais la défiance persiste, comme en témoigne l'entrée en scène mardi du groupe parlementaire dissident de l'ancien Premier ministre.

Le président proclamé de l'UMP et son adversaire, qui conteste une élection, entachée selon lui d'irrégularités, ont entamé des négociations lundi, deux semaines après le scrutin du 18 novembre, pour trouver un compromis sur les modalités d'un nouveau vote.

Après deux rencontres en tête-à-tête dans le bureau du député de Paris à l'Assemblée, les rivaux devaient se retrouver au Palais-Bourbon à 19h00 à l'abri des médias.

Aucun détail sur leurs discussions n'a filtré. "Ils ne parlent pas à leurs équipes", a expliqué à Reuters un proche de Jean-François Copé.

Jérôme Chartier, l'un des porte-parole de François Fillon, a déclaré lundi que "tout" était mis sur la table, s'agissant notamment du fonctionnement interne de l'UMP, mais que les sujets "qui bloquent" n'avaient pas encore été abordés.

Si les deux hommes s'accordent désormais sur la nécessité d'un nouveau vote, leurs positions paraissent irréconciliables sur le calendrier.

Jean-François Copé propose de remettre son mandat en jeu après les élections municipales de 2014. François Fillon juge cette échéance trop lointaine. Il souhaiterait un nouveau scrutin dans les trois mois.

DEUX QUESTIONS POUR LE "R-UMP"

Les négociations devraient durer plusieurs jours et les deux parties ne se sont pas fixé de date-butoir, dit-on dans les deux camps, alors que la journée de mardi avait été présentée comme l'échéance de la dernière chance.

La "ligne rouge" redoutée et dénoncée par les "copéistes" a de fait été franchie par François Fillon, qui s'est installé à la tête de son groupe "Rassemblement-UMP", fort de 72 députés.

Nicolas Sarkozy avait enjoint vendredi aux deux adversaires de sortir de l'impasse dans les meilleurs délais. Mais il ne leur a pas posé d'ultimatum, dit-on dans son entourage. "La volonté de Nicolas Sarkozy, c'est que les deux hommes puissent se parler. Il faut que les choses avancent", souligne-t-on.

Les 72 membres du "R-UMP" et les 122 de l'UMP n'ont pas fait "chambre à part" mardi comme les "fillonistes" le menaçaient. Ils se sont assis côte à côte mardi dans l'hémicycle et conserveront leurs places à l'avenir.

François Fillon a toutefois participé mardi matin à la conférence des présidents, où ont été entérinés temps de parole et autres modalités au bénéfice du "R-UMP".

Christian Jacob, le chef de file des députés UMP, avait multiplié les appels pour éviter à l'opposition de droite "le ridicule" d'une scission face aux railleries de la majorité de gauche. En vain.

Lors de la séance des questions au gouvernement, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a manié l'ironie en réponse à une question de Christian Jacob.

"Monsieur le président du groupe UMP, c'est bien ça, je ne me suis pas trompé ?", a-t-il lancé.

LES "NON-ALIGNÉS" VIGILANTS

Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée, a dénoncé une "manipulation des institutions". "On se sert du règlement de notre Assemblée pour exporter ici la bataille entre deux factions politiques qui n'arrivent pas aujourd'hui à s'entendre", a-t-il déploré.

François Fillon a assuré que son groupe, qu'il considère comme un outil de pression pour obtenir gain de cause, sera dissous dès qu'une solution acceptable sera trouvée.

Le "R-UMP" va désormais "vivre sa vie", a déclaré le député Lionel Tardy, soutien de François Fillon.

La rupture sera consommée mercredi, puisque le "R-UMP" a obtenu de poser deux questions en son nom, au détriment du groupe UMP qui ne pourra plus en poser que quatre.

"Il y aura un partage du temps de parole entre le groupe UMP et le groupe R-UMP avec une légère augmentation du temps pour les textes dans le cadre des discussions générales", a précisé le président de l'Assemblée, Claude Bartolone.

Le groupe dit des "non-alignés", emmené par Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet, publiera mercredi dans Le Figaro un appel à la dissolution du "R-UMP".

Les 71 députés ont réclamé mardi un nouveau vote "dans les meilleurs délais" dans des conditions définies par le comité des Sages de l'UMP.

"Il faut faire attention à ce que cette crise ne se résolve pas, comme on en a eu l'habitude par le passé, par un petit arrangement entre amis", a déclaré Bruno Le Maire.

Emile Picy et Chine Labbé, édité par Sophie Louet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.