Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Vers un big-bang de la dotation de l'Etat aux communes

Reuters23/09/2015 à 10:18

* Vers une dotation forfaitaire unique pour toutes les communes * Péréquation et dotations de solidarité seront maintenues * Les dotations de solidarité accordées moins généreusement (Avec précision d'André Vallini) par Emmanuel Jarry PARIS, 23 septembre (Reuters) - Le gouvernement prépare une réforme d'ampleur de la dotation de l'Etat aux communes françaises, au risque d'accentuer la grogne des maires contre la baisse de 11 milliards d'euros sur la période 2015-2017 des moyens qui leur sont alloués. Pour le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, cette baisse rend d'autant plus nécessaire une refonte de la dotation globale de fonctionnement (DGF) des communes et communautés de communes (21 milliards d'euros en 2015, soit près des deux tiers des 36,6 milliards de la DGF octroyée par l'Etat à l'ensemble des collectivités territoriales). "Ça fait plus de 20 ans qu'on en parle. La DGF est illisible et très injuste. On va bousculer des habitudes parce qu'il y aura des gagnants et des perdants", explique André Vallini. "Nous allons réformer la DGF pour la rendre plus juste, plus équitable, plus transparente et plus lisible", ajoute-t-il. Cette réforme sera inscrite dans le projet de loi de finances 2016, qui sera présenté dans quelques jours, et non dans un texte spécifique, précise-t-il : "Un projet de loi spécifique serait la meilleure façon de l'enterrer." La DGF est aujourd'hui le résultat d'une accumulation de dotations, qui ont sédimenté depuis 25 ans, dont beaucoup en compensation de taxes supprimées. Dans l'état actuel des choses, il existe d'énormes écarts entre la DGF de communes appartenant à la même catégorie. Elle est de 112 euros par habitant à Montaigu-la-Brisette, village de 500 âmes dans la Manche, de 246 à Saint-Bresson, commune similaire de Haute-Saône, et de 653 à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), la moyenne nationale étant de 297 euros. "IL FAUT GÉRER AUTREMENT" "Il faut une dotation forfaitaire de base, la même pour toutes les communes en euros par habitant", explique le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale. "Il y aura une égalité parfaite, autour de 75 euros par habitant." À cette dotation forfaitaire, le gouvernement envisage d'ajouter une "dotation de ruralité", pour les communes à faible densité de population. Une enveloppe d'environ 272 millions d'euros y serait consacrée. Une dotation supplémentaire, qui pourrait être de 15 à 45 euros par habitant, sera octroyée à celles dont les équipements profitent à une population extérieure à leur périmètre. Enfin, les dotations de péréquation (pour rééquilibrer les ressources entre communes riches et pauvres), de solidarité urbaine (DSU) et de solidarité rurale (DSR) seront maintenues. Mais la DSU ne serait plus accordée qu'à 659 communes au lieu de 742 et la DSR à 23.000 au lieu de plus de 34.600. Les dotations forfaitaires post-réforme ne pourront cependant pas être inférieures à 95% ou supérieures à 105% de celle que les communes reçoivent maintenant, dit André Vallini. Pour celles qui n'auront plus droit à la DSU et à la DSR, la sortie sera progressive : elles en toucheront 90% la première année, 75% la deuxième et 50% la troisième. André Vallini a cependant précisé à Reuters qu'il s'agissait encore de "pistes de travail et de chiffres qui évoluent au fil des concertations en cours". "Si notre réforme va jusqu'au bout, les écarts entre communes de même catégorie pourraient se réduire de 8% par an à partir de 2016", estime néanmoins le secrétaire d'Etat. Quant à la baisse programmée des dotations de 11 milliards d'euros sur trois ans, le gouvernement n'entend pas en démordre, malgré le mécontentement des maires. "Nous avons beaucoup d'éléments pour justifier cette baisse. Nous ne bougerons pas", assure André Vallini. "Les élus sont conscients qu'on ne pas continuer à vivre sur le même pied, qu'il faut gérer autrement, rationaliser et mutualiser." (Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.