Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Valls mobilise son gouvernement pour porter la loi Macron

Reuters10/12/2014 à 16:51

* Conférence de presse collective à l'Elysée * Valls inclut la loi dans un train de réformes passées et à venir * "Le lien avec l'Europe n'a pas à être établi", dit-il PARIS, 10 décembre (Reuters) - Manuel Valls a inscrit mercredi la loi Macron sur la croissance et l'activité dans un vaste programme de réformes qu'il entend poursuivre dans le double but de mobiliser sa majorité rétive et de rassurer la Commission européenne sur sa détermination. Sous les ors républicains mais en l'absence de François Hollande qui venait de présider le conseil des ministres, le chef du gouvernement s'est exprimé dans un format inédit basé sur le collectif, entouré d'une dizaine de ministres liés à la loi préparée par leur collègue de l'Economie, Emmanuel Macron. Pendant près d'une heure, il s'est évertué dans ce "grand oral" à élargir le débat pour expliquer les enjeux d'un projet "qui s'inscrit pleinement dans notre programme de réformes". Il a transmis le message présidentiel sur cette "loi de liberté et de progrès", reconnaissant lui-même qu'elle pouvait "bouleverser des habitudes, des intérêts particuliers ou des corporatismes". (pour un ENCADRE sur la loi ID:nL6N0TU2JF ) et pour les REACTIONS ID:nL6N0TU2ZF Manuel Valls a alterné les prises de parole avec le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, qui a joué la carte du pragmatisme, repoussant par exemple toute idée de "débat idéologique" sur la délicate question du travail du dimanche. Dans l'esprit de Manuel Valls, la loi s'inscrit dans la lignée des réformes engagées sur la modernisation du marché du travail ou le dialogue social, et en annonce d'autres. "Il faut lutter plus efficacement encore contre le travail illégal et notamment les fraudes au détachement qui faussent la concurrence et minent notre modèle social", a-t-il déclaré, annonçant une réunion sur le sujet le 15 janvier prochain à Matignon, en présence des partenaires sociaux. Rappelant le souci constant d'agir pour la compétitivité et l'emploi, sur lequel il sait que son gouvernement sera jugé en priorité, il a rappelé qu'une nouvelle convention de l'assurance-chômage devrait être négociée d'ici mi-2016 "selon le calendrier fixé par les partenaires sociaux". RÉVISION DE L'ANI Il a annoncé qu'il réunirait en janvier les partenaires sociaux pour voir quelles améliorations apporter à la loi sur la sécurisation de l'emploi de 2013, "pour voir ce qui a bien marché mais aussi ce qui est décevant, par exemple les accords de maintien dans l'emploi, qui sont beaucoup trop peu utilisés". Manuel Valls a également exhorté les partenaires sociaux à conclure la négociation sur la modernisation du dialogue social dans l'entreprise, qui reprend jeudi et pour laquelle une dernière séance est prévu les 18 et 19 décembre. "Il faut qu'elle réussisse et pour cela chacun doit faire un effort dans un esprit de compromis pour parvenir à un accord dans les semaines qui viennent", a dit Manuel Valls, qui promet une loi le traduisant "le plus vite possible, dans les premières semaines, dans les premiers mois de l'année 2015". Alors que selon plusieurs sondages, une majorité de Français soutient la loi "Macron", Manuel Valls a précisé que les choix de son gouvernement n'étaient en rien dictés par une pression européenne pourtant constante, la Commission devant rendre début mars son verdict sur la France, menacée de sanctions inédites pour non respect des règles budgétaires communes. "Nous faisons les réformes pour nous-mêmes (....) tout en respectant nos valeurs, notre identité, notre droit fondamental", a dit le Premier ministre. "Le lien avec l'Europe n'a pas à être établi. Les réformes sont d'abord nécessaires pour notre pays", a-t-il poursuivi, lançant au passage une pique à l'intention de l'Allemagne, prompte à réclamer des réformes à Paris, mais où la tradition du repos dominical reste très ancrée. "Sur la question du travail du dimanche dans d'autres pays il y a d'autres traditions, y compris en Allemagne. À la fin, on verra qui aura réformé", a-t-il lancé avec une pointe d'ironie à l'adresse d'une Angela Merkel sévère avec Paris. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.