Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Un déficit en légère baisse pour le budget 2016

Reuters30/09/2015 à 11:55

* Un déficit 2016 programmé en très légère baisse * La trajectoire des comptes publics confirmée * La charge de la dette quasi stable (Actualisé avec précisions, compléments) par Gregory Blachier PARIS, 30 septembre (Reuters) - Le gouvernement a dévoilé mercredi un projet de budget 2016 marqué par un déficit en très légère diminution sous l'impact de nouvelles baisses d'impôts et de charges. Il a confirmé dans le même temps son objectif de ramener l'an prochain les déficits publics à 3,3% du produit intérieur brut contre 3,8% attendu en 2015, soit un effort de plus de dix milliards d'euros qui implique des économies plus conséquentes à venir pour la Sécurité sociale et les collectivités locales. Ces objectifs sont en ligne avec ceux inscrits dans le programme de stabilité soumis au printemps à la Commission européenne et qui prévoit de ramener le déficit public dans les clous des traités communautaires, à 2,7% en 2017. Le déficit du budget de l'Etat s'inscrirait à 72 milliards d'euros contre 73 milliards, ce dernier ressortant légèrement en deçà des prévisions initiales (74,4 milliards). Les collectivités et les organismes de Sécurité sociale devraient afficher un déficit nul mais le gouvernement explique que l'effort est bien partagé, notamment parce que l'Etat compense les baisses de charge à la Sécurité sociale. Le PLF, le dernier de plein exercice pour le quinquennat de François Hollande, inclut comme prévu deux milliards d'euros de baisses d'impôts supplémentaires pour les ménages afin de tenter de tourner la page du "ras-le-bol" fiscal des premières années du quinquennat. DES DÉPENSES COMPENSÉES EN LOI RECTIFICATIVE Il consacre également sans surprise la poursuite de la mise en oeuvre du "pacte de stabilité" sous la forme de nouvelles baisses de la fiscalité des entreprises qui seront complétées par des baisses de charges dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale présenté la semaine prochaine. Le tout représente neuf milliards d'euros et sera mis en oeuvre avec un décalage de trois mois, au 1er avril, pour neutraliser le coût (un milliard) des mesures de "suramortissement" des investissements et en faveur de l'apprentissage annoncées en juin. Le PLF 2016 prévoit d'autre part que les effectifs de la fonction publique d'Etat repartiront à la hausse, avec la création nette attendue de 8.300 postes l'an prochain du fait du renforcement des missions de sécurité intérieure de l'armée à la suite des attentats de janvier. Pour tenir les déficits, les budgets des ministères seront quasi stables, seules les missions prioritaires, pour l'essentiel la défense, la sécurité intérieure et l'éducation voyant leurs crédits augmenter. Les économies se concentreraient, pour l'Etat, sur la maîtrise des salaires, certaines dépenses d'intervention comme les aides au logement, dont la réforme dégagera 225 millions d'euros, les dépenses de fonctionnement et les opérateurs. Les dépenses décidées dans l'été pour soutenir le monde agricole ou faire face à la crise des réfugiés seront visées dans une loi de finances rectificative à l'automne, qui devrait aussi matérialiser l'évolution de la fiscalité écologique. OBJECTIF DE CROISSANCE "ATTEIGNABLE" Les dépenses publiques devraient augmenter de 1,3% sous l'effet, selon le gouvernement, de l'inflation et du cycle de dépenses des collectivités territoriales, et diminuer en conséquence de 0,7 point à 55,1% du PIB. L'Etat contribuera pour 5,1 milliards à une économie totale de 16 milliards, un peu plus que les 14,5 milliards prévus dans le cadre du plan de 50 milliards sur trois ans, puisque 2015 a dégagé moins de marges que prévu (18,6 milliards au lieu de 21). Un total de 3,5 milliards d'économies seront assumées par les collectivités locales qui vont voir leur dotation évoluer et 7,4 milliards par les organismes de Sécurité sociale. Le ministre des Finances Michel Sapin a une nouvelle fois insisté sur l'approche "prudente" du gouvernement en matière de prévisions, un an après que la France a dû réclamer à ses partenaires européens un nouveau délai pour ses objectifs de déficits en raison d'une croissance et d'une inflation faibles. Le Haut Conseil des finances publiques (HCFP) lui en a su gré, déclarant mercredi que la prévision de croissance de 1% cette année devrait se concrétiser et que celle de 1,5% l'an prochain était "atteignable", les deux chiffres étant proches du consensus des économistes et des organisations internationales. Dans son avis rendu juste avant la présentation du PLF, il a toutefois exprimé des réserves sur les progressions attendues de l'inflation et de l'évolution de la masse salariale en soulignant le risque qu'elles ne soient pas atteintes, ce qui aurait un impact sur les comptes sociaux et la réduction des déficits. ID:nL5N1200L9 Pour 2016, le gouvernement table sur une dette publique qui culminera à 96,5% du PIB avant de diminuer graduellement par la suite, contre 96,3% cette année et 95,6% en 2014. La faiblesse persistante des taux d'intérêt fait que la charge de la dette, le deuxième poste des dépenses de l'Etat après l'éducation, évoluerait peu à 44,5 milliards d'euros. Elle serait de 44,3 milliards en 2015, soit trois milliards de moins qu'attendu encore au printemps. Voir aussi France-Sapin relativise la hausse du taux d'endettement public ID:nL5N1201I8 France-Le budget 2016 lance le prélèvement à la source ID:nL5N1201E1 France-Le cadrage macroéconomique du PLF 2016 ID:nL5N1201CO Dossier complet sur le PLF 2016 : http://www.economie.gouv.fr/projet-loi-finances-plf-2016 (avec Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.