Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Un budget 2015 pour doper l'économie, le déficit attendra

Reuters29/09/2014 à 14:10

* 21 milliards d'euros d'économies * Baisses d'impôts pour les plus modestes * Déficit à 4,3% du PIB l'an prochain par Jean-Baptiste Vey PARIS, 29 septembre (Reuters) - Le projet de budget de l'Etat pour 2015 présenté mercredi au conseil des ministres baissera les impôts des entreprises et des ménages dans l'espoir de sortir l'économie française de la stagnation, en renonçant à réduire le déficit pour l'instant. Le texte sera regardé de près par la Commission européenne, qui dira en novembre si les choix de la France sont conformes aux règles européennes, en dépit d'une nouvelle violation par Paris de son engagement de ramener le déficit à 3% du PIB. Sur le front intérieur, la diminution annoncée de plus de 3 milliards d'euros des impôts des contribuables les moins aisés ne devrait pas suffire à dissuader les "frondeurs" de l'aile gauche du Parti socialiste de livrer bataille au Parlement. Ils devraient notamment tenter de réduire les économies prévues dans le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2015, qui sera présenté le 8 octobre au conseil des ministres. "C'est là que les tensions vont se focaliser", prédit un membre du gouvernement. Face à la double panne de croissance et d'inflation, l'exécutif a déjà annoncé qu'il renonçait à ramener le déficit public à la limite européenne de 3% fin 2015, ce qu'il s'était engagé à faire après avoir obtenu un délai de deux ans. Le retour à 3% est désormais prévu fin 2017, soit après la prochaine élection présidentielle. Le gouvernement a en revanche confirmé sa priorité : redresser la compétitivité des entreprises en baissant le coût du travail. Avec cette politique, contestée par l'aile gauche du PS, il prend le pari qu'une fois leurs marges redressées, les entreprises investiront et embaucheront davantage. Les deux textes budgétaires pour 2015 mettront ainsi en oeuvre le pacte de responsabilité et de solidarité, qui accentue la baisse des prélèvements sur les entreprises commencée cette année avec le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE). DES ÉCONOMIES SANS BAISSE DU DÉFICIT Les entreprises bénéficieront de l'essentiel de la vingtaine de milliards d'euros de baisse des prélèvements prévue l'an prochain dans le cadre de ce pacte, avec notamment une exonération totale des cotisations sociales patronales au niveau du smic et dégressive jusqu'à 1,6 smic. Pour les ménages, la première tranche de l'impôt sur le revenu sera supprimée, ce qui fera selon le gouvernement sortir 3 millions de foyers de l'impôt et baissera l'impôt de 6 millions d'autres foyers. Face à ces recettes en moins, les deux textes prévoient 21 milliards d'euros d'économies sur l'Etat et ses opérateurs, sur les comptes sociaux et sur les collectivités territoriales. Le détail des économies, dont près de la moitié viendra des comptes sociaux, doit être présenté mercredi. Sur la période 2015-2017, le gouvernement promet 50 milliards d'euros d'économies, soit l'équivalent d'environ 4% du total des dépenses publiques. Ces économies ne signifient cependant pas que les dépenses publiques baisseront mais qu'elles augmenteront moins que leur progression "tendancielle" estimée par Bercy. La Cour des comptes estimait en juin qu'avec ces 50 milliards d'économies, les dépenses publiques augmenteraient de 62 milliards au lieu de 112 milliards. Entre les baisses de prélèvements et les économies prévues, le déficit public ne devrait quasiment pas baisser l'an prochain, atteignant 4,3% du PIB, après un dérapage à 4,4% cette année au lieu des 3,8% prévus. En 2013, le déficit était de 4,1%. Le gouvernement a mis ce dérapage - plus de 6 milliards d'euros cette année par rapport aux objectifs précédents et plus de 25 milliards en 2015 - sur le compte de la faible croissance et de la faible inflation. Il ainsi baissé ses prévisions de croissance à 0,4% cette année et 1,0% l'an prochain, au lieu de 1,0% et 1,7% auparavant, et ses prévisions d'inflation à 0,5% en 2014 et 0,9% en 2015. DIALOGUE COMPLIQUÉ AVEC L'EUROPE Pour atténuer la colère des Européens - dont certains ont consenti d'importants sacrifices pour réduire leurs déficits - et échapper à des sanctions financières, le gouvernement devra démontrer que la dérive des comptes résulte de ces "circonstances exceptionnelles" et non du manque d'efforts. Il mettra en avant la poursuite de la réduction du déficit structurel, une notion désormais au coeur de l'examen des budgets par la Commission qui gomme l'impact du cycle économique sur les comptes publics, et il tentera de montrer qu'il maîtrise l'évolution des dépenses de l'Etat. De source européenne, on confirme que l'ampleur de la réduction du déficit structurel sera déterminante dans l'appréciation de la situation française par la Commission. Olivier Eluère, économiste au Crédit agricole, souligne que "les efforts structurels importants réalisés ces dernières années, essentiellement sous forme d'impôts, et à venir sous forme d'économies en dépenses, dégradent la croissance et les recettes fiscales. Ce qui est gagné en effort structurel est en bonne partie perdu en solde conjoncturel". Selon Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas, tenir l'objectif de 3% fin 2015 aurait nécessité d'accroître d'environ 10 milliards d'euros le montant des économies. "Mais cet effort supplémentaire se paierait d'une rechute probable en récession." Pour convaincre les Européens, le gouvernement défendra également ses projets d'assouplissement des règles sur les seuils sociaux, le travail le soir et le dimanche et les professions réglementées, la simplification administrative et la réforme territoriale, qui vont dans le sens des recommandations adressées à la France par les institutions internationales. Ces changements "vont dans le sens d'une réduction des entraves à la croissance française, ce qui est positif", estime Hélène Baudchon. "Ce qui est en cause, c'est la vitesse d'exécution, la lisibilité et la portée de ces réformes." (avec Leigh Thomas et Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.