Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Un actif sur cinq a travaillé le dimanche en 2014

Reuters22/10/2015 à 12:40

* 5,3 millions de personnes ont travaillé au moins un dimanche * Les employés plus concernés que les cadres et les ouvriers * Ces salariés plus affectés aussi par les horaires atypiques PARIS, 22 octobre (Reuters) - Un peu plus d'un actif occupé sur cinq a travaillé au moins un dimanche au cours d'un mois en 2014, soit 5,3 millions de personnes, selon une étude de la direction des statistiques du ministère du Travail publiée jeudi. Sur une période d'observation de quatre semaines, 18% des salariés ont travaillé au moins un dimanche (4,2 millions de personnes). Les deux tiers (12%) disent avoir travaillé au moins deux dimanches. Parmi ceux-là, 35% sont employés dans le secteur public. Chez les non salariés, 38% des personnes interrogées ont passé au moins un dimanche à travailler, et une très large majorité (29%) au moins deux dimanches. Cette étude fait écho aux débats qui ont agité l'examen de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, qui a étendu l'ouverture des commerces le dimanche par décision du maire et, dans certaines zones, sous réserve d'un accord négocié, et a été combattu par une partie du PS et à sa gauche. Le travail dominical touche essentiellement les secteurs de la sécurité, des services de soins et ceux dits de "continuité de la vie sociale" (hôtellerie-restauration, transports, commerces, activités culturelles ou de loisir). Près des deux tiers (64%) des salariés ayant travaillé au moins deux dimanches sont issus de ces secteurs qui n'emploient qu'un peu plus de 27% du total des salariés en France. Sont d'abord concernés les employés (24% disent travailler le dimanche), puis les cadres et professions intermédiaires (18%) et les ouvriers (12%). SURTOUT DES SECTEURS FÉMININS Dans certaines professions, une majorité ou une très grande part de personnels sont mobilisés un dimanche sur deux au moins: gendarmes (54%), aides-soignants et infirmiers dans les hôpitaux (58% et 39%), personnels des cafés, hôtels et restaurants (49% en moyenne), hôtesses de l'air et stewards (58%). Chez les cadres et les enseignants, l'autonomie se traduit par le fait de ramener du travail chez soi : quatre enseignants sur dix disent avoir travaillé au moins un dimanche sur le mois précédent, proportion qui monte à 50% dans le secondaire. Le travail le dimanche, lorsqu'il est fréquent, signifie le plus souvent travail le samedi : 91,4% des salariés qui disent avoir travaillé au moins deux dimanches ont aussi travaillé au moins deux samedis, et 60,3% de ceux qui ont travaillé un seul dimanche ont aussi travaillé un seul samedi. De même, il concerne davantage les salariés qui ont aussi des horaires atypiques : 63,3% des ceux qui ont travaillé au moins une fois ce jour-là l'ont également fait le soir, contre 14,1% de ceux ne travaillant jamais le dimanche. Près d'un salarié sur trois sollicité au moins un dimanche par mois réalise également des heures de nuit (30,7%) contre 4,7% de ceux qui ne travaillent jamais le dimanche et 9,5% de l'ensemble des salariés. L'étude souligne encore que les secteurs concernés sont plutôt féminins, puisque 85% des salariés dans le domaine des services de santé sont des femmes, 55% dans celui de la continuité de la vie sociale et 64% dans l'enseignement. Chez les non salariés, l'activité se concentre sur les mêmes secteurs, auxquels s'ajoute l'agriculture : 95% des éleveurs ont travaillé au moins deux dimanches. C'est aussi le cas de 81% des patrons de boulangerie ou pâtisserie, 83% des patrons bouchers ou charcutiers, et de 60% des exploitants de cafés, restaurants ou hôtels. Etude complète sur le site de la Dares : http://bit.ly/1XlNbg4 (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.