Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Trafic perturbé à la SNCF par la grève anti-loi Travail

Reuters02/06/2016 à 11:04
    PARIS, 2 juin (Reuters) - Le trafic SNCF était encore 
perturbé jeudi par un mouvement de grève reconductible à l'appel 
de la CGT, de Sud-Rail et de l'Unsa ferroviaire, dans un 
mouvement qui s'inscrit dans le cadre de la contestation de la 
réforme du Code du travail. 
    La SNCF faisait état jeudi matin en moyenne de six TGV sur 
10 en circulation, quatre Transiliens sur 10, un Intercités sur 
trois et un TER sur deux. 
    Concernant les liaisons internationales, il y avait trois 
Thalys sur quatre vers le nord de l'Europe, trois Lyria sur 
quatre (vers la Suisse), quatre Ellipsos sur 10 (vers l'Espagne) 
et un SVI sur trois (vers l'Italie). Le trafic Alleo, vers 
l'Allemagne, et Eurostar, vers l'Angleterre, était normal. 
    L'Unsa ferroviaire, deuxième syndicat de la SNCF, a obtenu 
des assurances du secrétaire d'Etat aux Transports, Alain 
Vidalies, concernant la situation financière de l'entreprise 
  mais n'a cependant pas encore levé son préavis. 
    Ce mouvement intervient en pleine négociation sur une 
nouvelle organisation du travail à la SNCF mais la CGT et 
Sud-Rail en ont aussi fait un élément de leur bras de fer avec 
le gouvernement contre le projet de loi sur le travail. 
    L'Unsa ferroviaire, deuxième syndicat de l'entreprise, reste 
centrée sur les revendications catégorielles propres à la SNCF. 
    Elle demande à la direction de reprendre dans leur 
intégralité les termes d'un accord négocié en direct le week-end 
dernier par le secrétariat aux Transports avec la CFDT et 
l'Unsa, au grand dam du président de la SNCF, Guillaume Pepy. 
    "Nous nous sommes aperçus qu'il y a de nombreux écarts entre 
le relevé de conclusions du week-end et le projet d'accord que 
la direction a envoyé aux organisations syndicales", a expliqué 
à Reuters le secrétaire général adjoint de l'Unsa Ferroviaire.  
    "La balle est dans le camp de la direction", a ajouté Roger 
Dillenseger. "Pour l'instant, on est en grève." 
    Des représentants du syndicat devaient être reçus à 10h00 
par la direction de l'entreprise publique. 
     
    LE TRAFIC AÉRIEN N'EST PLUS MENACÉ 
    A la RATP, où la CGT avait également déposé un préavis de 
grève, le mouvement semblait peu suivi, selon les informations 
diffusés par l'entreprise : trafic normal sur le métro et le RER 
A, normal ou quasi normal pour les autobus et les tramways, de 
un train sur trois à trois trains sur quatre sur le RER B. 
    Quatre des cinq syndicats de la direction de l'aviation 
civile (SNICAC-Force ouvrière, Unsa, CFDT et le principal 
syndicat des contrôleurs aériens, le SNCTA) ont levé le préavis 
de grève qu'ils avaient déposé pour les 3, 4 et 5 juin. 
    Seule la CGT n'a pas encore levé le sien. SNCTA et Unsa 
représentent à eux seuls plus de 70% des contrôleurs aériens. 
    "Il n'y aura pas de perturbations ce week-end dans 
l'aérien", a déclaré Alain Vidalies sur France Info. "Nous 
poursuivons ce matin les négociations avec la CGT." 
    Le mouvement initialement envisagé par les agents et cadres 
de l'aviation civile, où des négociations sont en cours sur un 
nouvel accord social triennal, visait notamment à protester 
contre les baisses d'effectifs prévues par le gouvernement en 
dépit de l'augmentation du trafic aérien. 
    Comme à la SNCF, Alain Vidalies est intervenu ces derniers 
jours, en liaison avec les services du Premier ministre, pour 
déminer ce mouvement. "Le gouvernement a annoncé que finalement 
il stoppait la baisse des effectifs à partir de 2017, ce qui 
nous a conduits à lever le préavis", a expliqué à Reuters le 
secrétaire général du SNICAC-FO, Olivier Richard. 
    Selon lui, les syndicats ont aussi obtenu des avancées sur 
leurs revendications salariales. 
    Dans le secteur de l'énergie, où la CGT a appelé à la grève 
dans les 19 centrales nucléaires françaises, le syndicat faisait 
état samedi d'une série d'actions, dont le basculement en tarif 
heures creuses de plus de 1,1 millions d'abonnés d'EDF en région 
parisienne et des coupures ciblées d'électricité et de gaz. 
 
 (Emmanuel Jarry, avec Bate Felix, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.