Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France Télévisions : Copé pour le maintien de la pub en journée

Le Figaro30/09/2010 à 17:00
Les chaînes privées verraient la taxe sur leurs recettes publicitaires réduite à 0,5%.

Tout le monde est d'accord: il y aura encore de la publicité en journée sur France Télévisions. La question est de savoir jusqu'à quand? Le gouvernement a décidé d'un moratoire de deux ans avant la suppression de la pub en journée. Mais mardi, les députés sont allés plus loin. Le groupe de travail animé tout l'été par Michèle Tabarot, présidente de la commission des affaires culturelles, et relatif à la publicité sur France Télévisions a estimé: «Il faut que le moratoire dure a minima la durée du mandat du président de France Télévisions, c'est-à-dire cinq ans», a martelé Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, et d'ajouter: «Ce moratoire pourrait durer éternellement.» Aujourd'hui, le patron des députés UMP ne le cache plus: «Je n'ai jamais cru à la nécessité de supprimer la publicité en journée et aujourd'hui l'État a besoin d'argent.»

Il a donc fallu deux ans aux parlementaires pour amender en douceur l'un des points les plus sensibles de la réforme de France Télévisions qui reposait sur la suppression totale de la publicité sur le service public. Dès le printemps 2008, la commission Copé avait fait la moitié du chemin en préconisant son maintien provisoire en journée.

Désormais, il appartient à la loi de finances de fixer définitivement le dispositif. Pour l'instant, le gouvernement, par la voix de Frédéric Mitterrand, fait de la résistance. Le ministre de la Culture et de la Communication est favorable à un moratoire limité à deux ans. De même, il souhaite durcir les règles du parrainage. Le groupe du travail revient aussi sur ce point. «Nous souhaitons le maintien de toutes les exceptions: de la pub en région à celle sur les supports numériques », a encore affirmé Jean-François Copé qui, au nom du groupe de travail, estime que «le parrainage doit rester sur les antennes. Mais nous tenons à ce que les programmes commencent strictement à 20h35. L'horaire, c'est l'horaire».

Les députés se sont, en revanche, bien gardés de prendre position sur une éventuelle ouverture du capital de la régie publicitaire. Elle a vocation à devenir le bras armé du pôle commercial de France Télévisions. Les recettes commerciales (hors pub) représentent 16% du chiffre d'affaires de la BBC mais seulement 4% de celui de France Télévisions. En contrepartie, le groupe de travail préconise d'assouplir le régime des chaînes privées qui acquittent une taxe sur leurs recettes publicitaires, pour financer la fin des écrans pub après 20 heures. «La preuve est là qu'il n'y a pas eu de reports publicitaires massifs sur les chaînes privées. Il serait donc juste de fixer la taxe à 0,5% du chiffre d'affaires publicitaires au lieu des 3%.» Étrangement, la taxe de 0,9% à laquelle sont assujettis les opérateurs télécoms est maintenue. Ceux-ci ont porté plainte à Bruxelles. «Nous attendons la réponse de la commission», éludent les députés.

LIRE AUSSI :

» Un sursis de deux ans pour la pub sur France Télévisions

» Pub : France Télévisions répond à TF1

» France Télévisions dépasse ses objectifs pub


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.