1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Six mois de prison pour apologie du terrorisme
Reuters27/01/2015 à 17:59

STRASBOURG, 27 janvier (Reuters) - Un homme a été condamné mardi à six mois de prison ferme pour avoir posté sur Facebook une photo de kalachnikov assortie du message "Bons baisers de Syrie. Bye bye Charlie", à la suite de l'attentat meurtrier contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo. Ce père de famille strasbourgeois, âgé de 30 ans, était en détention provisoire depuis quinze jours. Il n'a pas été placé sous mandat de dépôt. Le jugement du tribunal correctionnel de Strasbourg lui permet ainsi de bénéficier d'un aménagement de peine et de recouvrer la liberté. Le parquet avait requis un an ferme de réclusion. "Je ne voulais pas que la justice pénale soit l'exutoire d'une condamnation morale", s'est félicité, à l'issue de l'audience, l'avocat de la défense, Me Michaël Wacquez. "Je ne souhaite pas que des individus puissent être privés de la liberté pour avoir commis une maladresse", a-t-il ajouté. Le prévenu, un chauffeur routier habitant le quartier "sensible" du Neuhof, plusieurs fois condamné dans le passé pour trafic de drogue, n'était pas l'auteur de la photo utilisée. Outre cette image, il avait posté, au lendemain de la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo, le 7 janvier, des messages tels que "Réveillez-vous les frères, restez pas sur vos oreillers, mettez-vous opérationnels pour défendre vos frères et vos sœurs", des propos pour lesquels il n'était pas poursuivi. Il avait également tenu des propos injurieux envers les "musulmans laïcs" qui défendent Charlie Hebdo. Il a plaidé, devant les juges, le droit à la "liberté d'expression" et à la "dérision". (Gilbert Reilhac)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer