Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Scénario de croissance prudent pour le budget 2016

Reuters16/09/2015 à 12:25

* Le gouvernement s'en tient aux chiffres du pacte de stabilité * L'inflation rebondirait à 1,0% l'an prochain * Les nouvelles baisses de charges décalées d'un trimestre (avec précisions et déclarations supplémentaires) par Yann Le Guernigou PARIS, 16 septembre (Reuters) - Le gouvernement français a retenu des hypothèses prudentes pour son projet de budget 2016 afin d'éviter tout dérapage, un an après avoir dû réclamer à ses partenaires européens un nouveau délai pour tenir ses engagements de baisse des déficits. Sans surprise, le "cadrage macroéconomique" du PLF (projet de loi de finances) présenté mercredi par le ministre des Finances Michel Sapin reprend l'essentiel des prévisions incluses dans la nouvelle trajectoire des finances publiques publiée au printemps et acceptée par Bruxelles. "Je préfère constater ce qui est que d'espérer ce qui ne sera pas", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse. Le projet de budget qui sera dévoilé le 30 septembre reposera ainsi sur une croissance économique attendue à 1,5% après 1,0% en 2015, le ministre confirmant une nouvelle fois cette dernière prévision. Au moment où la croissance de l'économie mondiale ralentit, "cette hypothèse est en ligne avec ce que prévoient les institutions internationales, en ligne aussi avec le consensus", a déclaré Michel Sapin. L'OCDE, qui a revu à la baisse mercredi ses prévisions de croissance globale, a ramené ses anticipations sur la France à 1,0% en 2015 (-0,1 point par rapport aux précédentes prévisions et 1,4% (-0,3 point) en 2015. ID:nL5N11M15L ID:nL5N11L498 Le gouvernement prévoit en outre un rebond de l'inflation, qui devrait atteindre 1,0% en moyenne l'an prochain après 0,1% cette année. Dans ce contexte, Michel Sapin a assuré que la France tiendrait ses engagements du printemps sur les finances publiques : leur déficit sera ainsi ramené à 3,3% du produit intérieur brut (PIB) l'an prochain après 3,8% en 2015, puis sous 3%, un objectif repoussé à deux reprises ces dernières années, en 2017. Et la dette publique, qui se situait à 95,6% fin 2014, se stabilisera "nettement en dessous de 100% du PIB en 2016 avant de progressivement refluer". BAISSES DE CHARGES DÉCALÉES Comme promis par François Hollande, le projet de budget inclura une nouvelle baisse de deux milliards d'euros de l'impôt sur le revenu, après celle de trois milliards intervenue cette année, qui profitera à plus de huit millions de foyers ID:nL5N11G3M9 et sera financée par des économies. Du côté des entreprises, Michel Sapin a confirmé que les nouvelles baisses de charges et de fiscalité atteindraient neuf milliards d'euros l'an prochain. Ce montant, conforme au calendrier du pacte de responsabilité, inclut les mesures de "suramortissement" des investissements et d'aide à l'embauche d'apprentis par les PME annoncées avant l'été. Pour neutraliser leur coût, de plus d'un milliard d'euros, le ministre a indiqué que leur financement passerait par un décalage du 1er janvier au 1er avril des nouvelles baisses de charges sociales programmées pour 2016, un délai dénoncé par le patronat. ID:nL5N11L3LT L'évolution des dépenses publiques sera elle aussi en ligne avec la trajectoire annoncée au printemps, qui réajuste l'effort de 50 milliards promis sur trois ans. Leur rythme de progression devrait être cette année proche de celui de 0,9% enregistré en 2014 "et à peine supérieur l'an prochain, dans un contexte de reprise de l'inflation". Les dépenses publiques ne représenteraient ainsi plus que 55,1% du PIB en 2016 contre 55,8% en 2015 après un record à 56,4% l'an passé, une baisse là aussi inscrite dans le plan de marche transmis à l'Union européenne. A défaut d'une baisse en valeur absolue, que le gouvernement s'est refusé à envisager jusqu'ici, "le fait que les dépenses diminuent par rapport au PIB prouve bien que nous avons une maîtrise réelle des dépenses publiques", a dit Michel Sapin. Les prélèvements obligatoires devraient pour leur part revenir à 44,5% de la richesse nationale, après 44,6% cette année et 44,9% en 2014. Voir l'encadré sur les chiffres du cadrage macroéconomique du projet de budget 2016 ID:nL5N11K39P (Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.