Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Sarkozy témoin assisté dans l'affaire des pénalités

Reuters01/04/2015 à 15:53

* Copé et Vautrin mis en examen * Blanchetier, Liadzé et Lavrilleux témoins assistés * De nouvelles gardes à vue dans l'affaire Bygmalion (Actualisé avec détails) PARIS, 1er avril (Reuters) - Nicolas Sarkozy a été placé mercredi sous le statut de témoin assisté dans l'enquête sur la prise en charge par l'UMP des pénalités qui lui avaient été infligées pour dépassement de frais de sa campagne électorale de 2012, a annoncé le procureur de Paris. Ce statut est à mi-chemin entre celui de simple témoin et celui de mis en examen. L'ex-chef de l'Etat était arrivé tôt au pôle financier du parquet de Paris pour être entendu dans cette affaire. Après un signalement des commissaires aux comptes de l'UMP, le parquet de Paris a ouvert le 6 octobre dernier une information judiciaire pour abus de confiance, complicité et recel de ces délits. "C'est dans le cadre de cette information judiciaire qu'a été convoqué ce jour M. Nicolas Sarkozy par les magistrats instructeurs et, à l'issue de son interrogatoire de première comparution, il a été placé sous le statut de témoin assisté", écrit le procureur de Paris dans un communiqué. Jean-François Copé et Catherine Vautrin, l'ex-président et l'ancienne trésorière de l'UMP, ont été mis en examen pour abus de confiance dans cette enquête. L'avocat Philippe Blanchetier, Fabienne Liadzé, ex-directrice des affaires financières de l'UMP, et Jérôme Lavrilleux, directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, ont de leur côté été placés sous le statut de témoin assisté. En juillet 2013, après invalidation de ses comptes de campagne, le Conseil constitutionnel avait estimé que Nicolas Sarkozy devait restituer au Trésor public une avance forfaitaire de 150.000 euros versée pour sa campagne présidentielle perdue de 2012 et payer 363.615 euros de dépassement du plafond légal des dépenses. "SARKOTHON" L'UMP, pourtant exsangue, avait pris en charge ces pénalités via une souscription baptisée "Sarkothon", une opération dont la régularité était notamment contestée par François Fillon. L'ancien chef de l'Etat, qui a retrouvé la présidence de l'UMP en novembre dernier, les a remboursées fin 2014 à l'UMP en adressant à Jacques Laisne, trésorier du parti, un chèque de 363.615 euros. Dans une lettre à celui-ci, Nicolas Sarkozy expliquait vouloir mettre la formation politique "à l'abri de toutes contestations". "Les Français, en souscrivant largement à ce qu'il est convenu d'appeler le 'Sarkothon', ont donné à l'UMP les moyens de faire face aux conséquences de la décision du Conseil constitutionnel du 4 juillet 2013", écrivait-il. "Les dirigeants de l'époque ont donc considéré que le règlement couvrait également la pénalité administrative prononcée par cette décision comme cela avait été le cas dans des situations comparables", ajoutait-il, précisant que Bercy avait donné son aval à cette procédure via deux études réalisées par l'administration fiscale et le service juridique du ministère. Trois anciens responsables de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ont par ailleurs été placés en garde à vue mercredi dans l'enquête sur l'affaire Bygmalion, système présumé de fausses factures qui aurait permis d'imputer à l'UMP des dépenses de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. ID:nL6N0WY17J Il s'agit du préfet Guillaume Lambert, ancien codirecteur de sa campagne, du député UMP Philippe Briand, qui était son trésorier, et de l'avocat Philippe Blanchetier. Leur garde à vue se poursuivait en début d'après-midi. Trois anciens cadres de l'UMP et quatre ex-gérants de la société Bygmalion ont été mis en examen dans ce dossier. Après s'être portée partie civile, l'UMP réclame 28 millions d'euros à Bygmalion, jugeant avoir été victime de la société de communication. ID:nL6N0UL2MO (Chine Labbé, avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.