Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Sarkozy sous le coup d'une information judiciaire

Reuters06/10/2014 à 21:29

PARIS, 6 octobre (Reuters) - Une information judiciaire visant Nicolas Sarkozy a été ouverte lundi par le Parquet de Paris pour abus de confiance, complicité et recel de ces délits, dans le dossier de ses pénalités pour dépassement des comptes de campagne 2012, prises en charge par l'UMP, a-t-on appris de source judiciaire. Cette information judiciaire, qui va entraîner la désignation d'au moins un juge d'instruction, fait suite à une enquête préliminaire ouverte cet été après des révélations des commissaires aux comptes de l'UMP concernant ces pénalités. Elle intervient en pleine campagne de l'ex-chef de l'Etat pour la reconquête de la présidence de l'UMP, dans l'espoir d'en faire un tremplin pour l'élection présidentielle de 2017. En juillet 2013, le Conseil constitutionnel avait estimé qu'il devait restituer au Trésor public une avance forfaitaire de 150.000 euros versée pour sa campagne présidentielle perdue de 2012 et payer 363.615 euros de dépassement du plafond légal des dépenses. Mais l'UMP a pris en charge cette pénalité. Un avocat de Nicolas Sarkozy et du parti, Philippe Blanchetier, a fait valoir sur BFM TV que les conséquences financières des décisions du Conseil constitutionnel avaient été portées, en leur temps, à la connaissance des militants et des adhérents du parti. "Les militants et les adhérents, en toute connaissance de cause, ont donc répondu à l'appel qui avait été lancé à l'époque par le président Sarkozy", a-t-il déclaré. Après confirmation du rejet des comptes de campagne de l'ex-chef de l'Etat, l'UMP avait lancé avec succès une souscription, baptisée "Sarkothon", pour rembourser quelque 11 millions d'euros de dépenses aux banques créancières. Mais le code électoral stipule que seul le candidat doit payer les pénalités pour dépassement, pas son parti. Les instances dirigeantes de l'UMP - dont Eric Cesari, alors directeur général du parti et proche de Nicolas Sarkozy - avaient néanmoins signé le chèque de remboursement sur la base d'une expertise de Me Blanchetier. L'UMP a depuis lors changé de direction, après l'éclatement au grand jour de l'affaire Bygmalion, dans laquelle Eric Cesari est lui-même impliqué. Il est l'un des trois anciens cadres de l'UMP mis en examen samedi pour faux, usage de faux et abus de confiance dans le cadre de cet autre dossier, visant un système présumé de fausses factures et de dissimulation de dépassements massifs des dépenses de campagne de l'ex-chef de l'Etat. Un des fondateurs de la Droite Forte, courant sarkozyste de l'UMP, Geoffroy Didier, a minimisé sur BFM TV ce nouveau déboire pour le chef de l'Etat. "Laissons la justice avancer et vous verrez au final, à la fin de l'histoire, qu'il n'y a strictement rien à reprocher à Nicolas Sarkozy", a-t-il déclaré sur BFM TV. "Nicolas Sarkozy est victime dans cette affaire (...) et, croyez-le bien, il a bien d'autres choses à faire." (Emmanuel Jarry, avec Marion Douet, édité par Marc Joanny)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.