Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France -Sarkozy se pose en précurseur du "sursaut" républicain

Reuters 07/11/2014 à 22:20

* L'ancien président reste évasif sur le sort de l'UMP * Il appelle à l'unité et au rassemblement * Il veut rassurer sur les futures primaires présidentielles par Sophie Louet PARIS, 7 novembre (Reuters) - A trois semaines de l'élection à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy a appelé vendredi à l'avènement d'une nouvelle formation d'alternance, au-delà des "déchirements d'hier", qui prépare le "sursaut contre tout ce qui menace la République". Devant quelque 3.000 partisans réunis porte de Versailles, à Paris, pour le point d'orgue d'une campagne loin d'emporter l'adhésion des Français, selon diverses enquêtes d'opinion, l'ancien président a convoqué le général de Gaulle, Clémenceau, Victor Hugo ou encore Gambetta pour décliner un hymne épique à la République. Même s'il a de nouveau implicitement critiqué ceux qui, comme François Fillon ou Alain Juppé, visent déjà l'élection présidentielle de 2017 - "chaque chose en son temps" -, Nicolas Sarkozy n'en a pas moins renoué avec les accents de la campagne de 2012. Ni sigle - l'UMP, encore une fois, était absente du discours -, ni adversaire désigné nommément, même si la politique de François Hollande fut le repoussoir de tout le discours et les divisions à droite un arrière-plan notable. Nicolas Sarkozy s'est érigé en défenseur de la République, avec des accents quasi messianiques, dans un plaidoyer souvent abstrait au regard des enjeux immédiats. On attendait de lui qu'il précise ses intentions pour l'UMP, sa refondation idéologique, sa future organisation, il n'en fut rien. "Il faut courageusement tout remettre à plat pour être capables de nous réinventer", a-t-il simplement déclaré en demandant aux militants un mandat "clair". Bruno Le Maire, son adversaire avec Hervé Mariton pour le scrutin interne du 29 novembre, a déclaré cette semaine que mettre à bas le parti, créé en 2002 à l'initiative de Jacques Chirac pour rassembler la droite, serait "une folie". "De nos défaillances, de nos déchirements d'hier, nous devons non pas les nier, mais tirer la force de construire quelque chose de neuf", a souligné Nicolas Sarkozy. "UNE HISTOIRE S'ACHÈVE" "Croire que cela sera sans nuage, ce serait nous préparer bien des déconvenues : la politique est humaine, et dans tout ce qui est humain, il y a du sentiment et de la passion", a-t-il poursuivi, flétrissant au passage la tentation de "l'excommunication" après l'exclusion de l'UMP de Jérôme Lavrilleux, son ancien directeur de campagne adjoint, dans le sillage de l'affaire Bygmalion. Soupçonné par ses rivaux de vouloir escamoter les primaires d'investiture à droite pour la présidentielle de 2017, Nicolas Sarkozy a assuré que le vote serait la "règle absolue de fonctionnement" du futur parti qu'il appelle de ses vœux et ne nomme toujours pas, même si le "Rassemblement" gaulliste revient avec insistance dans ses propos. "Nous devons faire de notre mouvement l'instrument du sursaut contre tout ce qui menace la République", a-t-il plaidé, citant notamment le communautarisme, les fanatismes, le totalitarisme de la "transparence", la pesanteur des corps intermédiaires, ou encore les échecs de l'intégration. "Pour notre famille politique, une histoire s'achève, une autre commence. Prenons le temps d'écrire cette nouvelle histoire ensemble sans exclure personne", a lancé l'ancien président avant d'assurer: "Dans ma famille, je n'ai que des amis". Les "fillonistes" Eric Ciotti et Valérie Pécresse, qui lui ont promis leur voix, côtoyaient dans l'assistance des "sarkozystes" historiques comme Brice Hortefeux ou Nadine Morano. Henri Guaino, qui estime que la stratégie de Nicolas Sarkozy est une erreur, était également présent, de même que le président du Sénat Gérard Larcher. Acclamée en vedette, Bernadette Chirac, fervente partisane de Nicolas Sarkozy qui a décoché des critiques assassines à Alain Juppé, a scellé le schisme familial (Jacques Chirac et sa fille Claude ont apporté leur soutien au maire de Bordeaux) en s'asseyant aux côtés de l'épouse de Nicolas Sarkozy, Carla Bruni-Sarkozy. (Edité par Tangi Salaün) )

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.