Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

EDF

12.2350 EUR
-0.29% 
Ouverture théorique 12.2350
indice de référenceSBF 120

FR0010242511 EDF

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    12.2450

  • clôture veille

    12.2700

  • + haut

    12.4400

  • + bas

    12.1700

  • volume

    2 017 382

  • valorisation

    36 831 MEUR

  • capital échangé

    0.07%

  • dernier échange

    20.07.18 / 17:36:35

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    11.6250

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    12.8450

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur EDF

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter EDF à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter EDF à mes listes

    Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Risque sur le stockage de gaz, faute de réforme

Reuters25/11/2016 à 14:43
    * Le secteur gazier se plaint d'un manque de volonté 
politique 
    * Le stockage de gaz, facteur clef de la sécurité 
énergétique 
    * L'absence de régulation pèse sur l'avenir des sites 
 
    par Emmanuel Jarry 
    PARIS, 25 novembre (Reuters) - En plein débat sur 
l'indisponibilité de 12 réacteurs nucléaires ( ), les 
hésitations du gouvernement sur un projet de réforme du stockage 
du gaz font planer une autre menace sur la sécurité de 
l'approvisionnement énergétique de la France.  
    La loi de transition énergétique d'août 2015 autorisait la 
modification par ordonnance, dans un délai de 12 mois, des 
modalités d'accès au stockage souterrain - une quinzaine de 
sites d'une capacité totale équivalente à près de 150 TWh, soit 
environ un tiers de la consommation annuelle nationale de gaz. 
    La France important la quasi-totalité du gaz qu'elle brûle, 
ces sites ont un rôle clé : ils fournissent jusqu'à 60% du gaz 
consommé en période de grand froid, alimentent les centrales 
thermiques en cas de pic de consommation électrique ou de risque 
de rupture de charge et absorbent l'excès d'offre de gaz en été. 
    Mais le conseil d'Etat a retoqué l'ordonnance qui devait 
être promulguée en août. Fournisseurs et stockeurs, qui avaient 
anticipé la réforme pour préparer leur campagne 2017-2018, se 
plaignent d'être laissés dans le flou et sonnent l'alarme. 
    "Pour l'hiver qui vient, les capacités de stockage sont 
vendues. En revanche, on ne sait pas ce qui va se passer pour 
l'hiver 2017-2018", explique une porte-parole de l'Association 
française du gaz (AFG).  
    "Le système est à bout de souffle. Il y a donc aussi un vrai 
risque sur sa stabilité", renchérit Cécile Prévieu, directrice 
générale de Storengy, filiale d'Engie  ENGIE.PA  et principal 
opérateur français d'infrastructures de stockage.  
    Les fournisseurs ont une obligation de stockage. Mais ils 
rechignent à jouer le jeu en raison d'un effondrement de la 
différence entre les cours du gaz d'été et d'hiver, et de tarifs 
de stockage négociés plus élevés que les prix du marché. 
     
    SITES SOUS COCON 
    "A partir du moment où il n'était plus rentable de stocker 
du gaz, les souscriptions de capacités de stockage ont beaucoup 
diminué", explique Fabien Choné, président de l'Association 
nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode). 
    Storengy a ainsi été amené à placer trois de ses sites sous 
cocon et à acheter lui-même du gaz pour maintenir les autres en 
fonctionnement, explique la direction de l'opérateur. 
    La réforme envisagée devait remédier à cette situation, tout 
en garantissant aux stockeurs un revenu couvrant leurs coûts, 
sous le contrôle de la Commission de régulation de l'énergie. 
    Le projet d'ordonnance instaurait un système d'enchères pour 
attribuer les capacités de stockage à des prix compatibles avec 
ceux du marché et prévoyait de compenser la différence avec les 
coûts supportés par les stockeurs.  
    Cette différence évaluée entre 400 et 500 millions d'euros, 
soit environ la moitié de leur chiffre d'affaires, devait être 
prise en charge par les gestionnaires de réseaux de transport de 
gaz et intégrée à la facture des utilisateurs finaux.  
    Mais le conseil d'Etat a jugé que cela ressemblait trop à 
une taxe, ce qui impose de passer par la voie législative. 
    "Il a été décidé de se donner un peu plus de temps pour 
élaborer une réforme qui tienne la route. Le travail est en 
cours", dit-on de source proche de Ségolène Royal. 
    La ministre de l'Environnement a envoyé un signal nettement 
moins positif mardi soir devant les commissions du développement 
durable et des affaires économiques de l'Assemblée nationale, en 
estimant que la balle était dans le camp des opérateurs. 
    "Je ne vois pas pourquoi on payerait forcément des factures 
disproportionnées, surtout si elles retombent sur le 
consommateur", a ajouté Ségolène Royal. 
     
    RISQUES 
    Interprétation récusée par les opérateurs, selon lesquels 
cette compensation, qu'elle soit financée par une augmentation 
du transport ou de la taxe intérieure sur la consommation de gaz 
naturel (TICGN), serait neutre pour la facture du consommateur, 
car annulée par une baisse équivalente de la partie hors taxe. 
    "Cette réforme n'implique aucune variation sur la facture 
finale du consommateur. Elle aura même tendance à diminuer", 
assure même Céline Prévieu. 
    La question est maintenant entre les mains du ministre des 
Finances Michel Sapin, car si augmentation de taxe il y a, elle 
doit passer par le projet de loi de finances rectificative 2016. 
    Mais à moins de six mois de l'élection présidentielle, Bercy 
est réticent, estime le député socialiste Jean-Paul Chanteguet, 
président de la commission du développement durable : "Annoncer 
une augmentation de taxe de 400 ou 500 millions d'euros, même 
neutre pour les consommateurs, ne passera pas inaperçu." 
    Fournisseurs et stockeurs redoutent que si une solution 
n'est pas trouvée d'ici fin 2016 pour entrer en vigueur début 
2017, au moment où se négocieront les réservations de stockage 
pour 2017-2018, la réforme soit renvoyée sine die. 
    Or les premiers anticipaient un prix de stockage plus bas en 
2017. Du côté des seconds, Cécile Prévieu estime que le statu 
quo ne permettra pas de sécuriser le remplissage des stocks pour 
2017-2018 et privera le secteur de visibilité pour préserver un 
outil industriel qui emploie un millier de salariés. 
    "Nous ne pourrons pas continuer indéfiniment, sans 
visibilité, à soutenir la sécurité du système en remplissant 15 
à 20% de nos sites en achetant à la place des fournisseurs le 
gaz que nous devons ensuite stocker en perdant de l'argent." 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées

EDF
-0.29%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.