Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Reprise des négociations sur le dialogue social

Reuters14/01/2015 à 21:13

(Avec déclarations de la CFDT et de la CGT) PARIS, 14 janvier (Reuters) - Les négociations sur la modernisation du dialogue social entrent mercredi dans leur dernière ligne droite après plus d'un mois d'interruption, sur fond de crise de la CGT, de divisions du patronat mais également dans le sillage des attentats de la semaine dernière, qui en renforcent le sentiment d'urgence. Un des enjeux de ces négociations est de renforcer la capacité des partenaires sociaux à conclure des accords au niveau des entreprises, par exemple sur l'organisation du travail, tout en simplifiant les modalités de représentation des salariés, jugées trop contraignantes par le patronat. Le gouvernement et le Medef, principale organisation patronale française, y voient une chance d'améliorer la compétitivité des entreprises. Les syndicats insistent pour leur part notamment sur la nécessité d'étendre à l'ensemble des sociétés, quelle que soit leur taille, la représentation des salariés. Le Medef propose, pour les sociétés de 50 salariés et plus, de fusionner toutes les instances représentatives du personnel existantes dans une instance unique, le conseil d'entreprise. Les négociations achoppent notamment sur la représentation des salariés dans les très petites entreprises (TPE) de moins de 11 salariés, que réclament les organisations syndicales et que refuse jusqu'ici la CGPME et une partie du Medef. Le négociateur du Medef, Alexandre Saubot, a reconnu qu'il faudrait traiter la question mais à condition que cela n'entraîne pas de nouvelles obligations pour les TPE, ni de nouvelles contributions financières, et que cela ne favorise pas l'ingérence d'éléments extérieurs dans les entreprises. Les syndicats redoutent par ailleurs de voir le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), perdre l'essentiel de ses prérogatives et sa capacité à aller en justice. Cela risque d'être là aussi une pierre d'achoppement des discussions jeudi et vendredi. CONCESSIONS DU MEDEF INSUFFISANTES Lors de la dernière séance, le 11 décembre, la délégation du Medef avait fait quelques concessions mais elles ont été jugées insuffisantes par les organisations syndicales. Il a ainsi renoncé à imposer une consultation préalable des salariés avant l'élection du conseil d'entreprise et proposé de maintenir le monopole des syndicats pour la présentation de candidats au premier tour des élections professionnelles. Le Medef, qui est dans l'obligation de régler des divergences dans ses propres rangs, doit présenter un projet d'accord jeudi matin à l'ouverture de la séance. La CGT, première organisation syndicale française, est pour sa part affaiblie par sa propre crise interne, qui a conduit son secrétaire général, Thierry Lepaon, et son bureau confédéral à démissionner en bloc la semaine dernière. Or deux membres du bureau confédéral démissionnaire, Agnès Le Bot et Mohammed Oussedik, étaient précisément jusqu'ici les deux principaux négociateurs de l'organisation sur ce dossier. Le numéro un de la fédération de la métallurgie, Philippe Martinez, pressenti pour remplacer Thierry Lepaon à la tête de la CGT, a cependant déclaré à la presse qu'ils continueraient tous les deux à conduire la délégation cégétiste. Sans faire directement allusion aux négociations en cours, la CFDT en a appelé lundi dans un communiqué à "l'esprit du 11 janvier" pour estimer que la France ne progresserait "que par le dialogue, l'esprit de responsabilité et d'engagement". La centrale faisait référence aux attentats djihadistes de la semaine dernière et à l'énorme manifestation de dimanche. Réponse mercredi de la négociatrice de la CGT Agnès Le Bot : "Ce serait une erreur de considérer que la nature des événements devrait conduire à une union sacrée avec le patronat et de considérer que pour cela il faudrait être dans une logique de signature d'accords aux dépens des droits des salariés." (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.