Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-REACTIONS à la présentation du budget 2015

Reuters01/10/2014 à 15:35

PARIS, 1er octobre (Reuters) - Voici les principales principales réactions au projet de budget 2015 présenté mercredi par le gouvernement français. Le projet de budget confirme le report à 2017 du retour des déficits publics de la France à 3% du PIB, malgré 21 milliards d'euros d'économies programmés pour l'année prochaine. STÉPHANE LE FOLL, porte-parole du gouvernement, lors du compte rendu du conseil des ministres : "On finance des priorités, on réduit la dépense publique, on n'est donc pas dans ce qu'on appelle une politique d'austérité, on est dans une politique de sérieux buddgétaire". "Les prévisions sont d'une extrême prudence en terme de croissance, d'inflation. (...) On a fait le choix de la vérité en disant les choses telles qu'elles sont." --- FRANÇOIS FILLON, député UMP de Paris, ancien Premier ministre, lors d'une conférence de presse : "C'est un budget qui renonce à l'objectif de réduction des déficits, il promet une très légère baisse en 2015 qui ne se produira sans doute pas. La plupart des économies sont virtuelles. "C'est un budget qui n'est pas sincère, qui tourne le dos aux engagements de la France, qui va justement provoquer cet effet récessif. (...) Il n'y aura pas de résultats." --- CAMILLE BEDIN, secrétaire générale adjointe de l'UMP, dans un communiqué intitulé "La Valls fiscale continue" : "Alors que le gouvernement annonce une hausse de la taxe sur le diesel, il faut rappeler que Manuel Valls avait promis d'alléger la pression qui étouffe chaque jour les Français un peu plus, notamment les classes moyennes. "Quand arrêterons-nous d'être étonnés de l'incompétence et de l'incohérence absolues de ce gouvernement? Chaque semaine, chaque mois, chaque année, depuis mai 2012, nous apporte son lot d'annonces contradictoires, preuves d'une incompétence et d'une impréparation lamentable des dossiers". --- FLORIAN PHILIPPOT, vice-président du Front national, dans un communiqué : "Les grandes lignes du projet de budget 2015 (...) sont consternantes, et il y a tout lieu de croire que l'activité économique de nouveau se comprimera l'année prochaine sous l'effet mécanique d'une austérité qui continue à bon train". "Autre annonce absolument effrayante de bêtise : la cession massive d'actifs de l'Etat pour les affecter au désendettement, à hauteur d'au moins 4 milliards d'euros. Sur ordre de Bruxelles, la France est donc sommée de vendre ses bijoux de famille et de spolier les Français". --- NICOLAS DUPONT-AIGNAN, président de Debout la République, dans un communiqué : "Les Français qui espéraient une baisse des prélèvements obligatoires vont vite perdre leurs illusions : les impôts, taxes et cotisations sociales des ménages et entreprises devraient atteindre 44,6% du produit intérieur brut l'an prochain, pour 44,7% cette année! "En se refusant à répondre franchement au ras-le-bol fiscal des artisans, commerçants et des classes moyennes, le gouvernement continue cette politique injuste et contre-productive de matraquage fiscal." --- ASSOCIATION DES RÉGIONS DE FRANCE (ARF), dans un communiqué : La baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales (-3,7 milliards d'euros en 2015, -11 milliards sur 2015-2017) aura des "conséquences lourdes, notamment sur les capacités d'investissement". "Les régions demandent donc des contreparties à cette baisse des dotations", notamment des ressources fiscales propres, une ressource complémentaire pour le financement des infrastructures ferroviaires et la prise en charge à 100% par l'Etat des surcoûts induits par les normes qui leur sont imposées. "Les collectivités ne veulent pas demain être à nouveau frappées si l'Etat ne tient pas ses engagements de déficit au niveau européen. Il faut donc clairement isoler les responsabilités et mettre en place un pilotage partagé des équilibres financiers". (Service France, édité par Sophie Louet)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.