Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France: Plus de 4,5 millions d'appels au Samu sans réponse en 2016

Reuters23/08/2018 à 13:38

PLUS DE 4,5 MILLIONS D'APPELS AU SAMU SANS RÉPONSE EN 2016

PARIS (Reuters) - Quelque 4,6 millions d'appels téléphoniques de patients au service d'aide médicale d'urgence (Samu) n'ont pas obtenu de réponse en 2016 en France, selon une enquête publiée jeudi par l'hebdomadaire Le Point.

Sur 29,2 millions d'appels passés aux 101 centres de réception et de régulation des appels des Samu cette année-là, seuls 24,6 millions ont reçu "une réponse physique", rapporte le journal qui s'appuie sur les données de la statistique annuelle des établissements de santé collectés chaque année par le ministère de la Santé auprès des hôpitaux.

Seulement 20 Samu atteignent le seuil de 99% des appels pris par les assistants de régulation médicale fixé par Samu-Urgences de France qui fait état d'un "taux de décrochés" moyen de 84%. Seuls deux centres d'appels, à Orléans et à Verdun, parviennent à atteindre ce seuil dès la première minute, ajoute Le Point.

Le Samu de Paris lui se situe à l'avant-dernière place avec moins d'un appel décroché sur deux (49,8%) et "à peine un appel sur trois obtenant une réponse dans la minute".

Tout en reconnaissant que le Samu n'était "pas exemplaire dans son fonctionnement", le président de Samu-Urgences de France François Brun a contesté jeudi sur RTL les chiffres dévoilés par le Point.

"Ce chiffre (de 4,6 millions) représente la différence entre tous les appels qui sont présentés dans nos standards téléphoniques et tous les appels qui sont décrochés par les assistants de régulation", a-t-il dit.

"Dans cette masse d'appels, il y a certainement des personnes qui n'arrivent pas à joindre le Samu mais il y a aussi tous les appels de poche, toutes les erreurs, toutes les fausses numérotations et ça fait une masse d'appels énorme, qui représente probablement un appel sur dix, mais ce ne sont pas des gens qui n'ont pas réussi à joindre le Samu", a-t-il ajouté.

Le débat autour du fonctionnement du Samu a ressurgi au printemps avec la mort de Naomi Musenga, une jeune femme de 22 ans décédée après avoir été tardivement prise en charge par le Samu de Strasbourg, où une opératrice s'était dans un premier temps moquée de ses plaintes.

Dans un rapport publié en mai dernier, le député de Charente Thomas Mesnier (La République en Marche), médecin de formation, a préconisé 19 mesures pour pallier les difficultés d'un "système de santé arrivé à bout de souffle" en raison du vieillissement de la population, d'une baisse du nombre de médecins et d'une méconnaissance des patients du parcours de soin.

Son rapport, qui avait été commandé par le ministère de la Santé, suggère notamment de faire du 15 - le numéro du Samu - le "numéro unique de santé" et d'impliquer davantage d'autres professionnels de santé (pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes) dans la gestion des demandes des soins non programmés.

(Marine Pennetier, édité par Myriam Rivet)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • brun2083
    23 août14:54

    Le problème c'est tous les gens qui appellent pour rien. Non mais sans rire...29 millions d'appels par an ce qui fait en moyenne 1 appel pour 2 habitants, c'est énorme! Personnellement de toute ma vie je n'ai jamais appelé le SAMU que ce soit pour moi ou pour quelqu'un d'autre et je ne suis pas tout jeune. Alors il faudrait commencer par punir les abus.

    Signaler un abus

  • guyguy16
    23 août14:04

    République bananniére ?Pays en voie de sous-dévelop pement?

    Signaler un abus

  • mxnagg
    23 août14:00

    C'est Faut le rapport preconise de supprimer 15,17,18 pour tous faire passer par un Numero unique le 112 afin de reduire les couts de 4 operateurs a 1. soit 75% d'economie ! yeah...

    Signaler un abus

  • mxnagg
    23 août13:50

    Ils suivent les consignes de la Ministres, 90% des appels ne sont pas des vrais urgences DONC ils decroche pour un appel sur 10, entendu que SI c'est une vraie urgence le mec reppelera suffisement pour tomber un jour ou l'autre sur l'appel sur 10 qui sera traite. Quoi ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.