Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Objectif d'un déficit à 2,7% en 2017 intangible-Sapin

Reuters30/06/2016 à 10:45
 (Actualisé avec citations supplémentaires, contexte) 
    PARIS, 30 juin (Reuters) - L'objectif d'un déficit public 
français à 2,7% du PIB en 2017 est intangible, a déclaré jeudi 
le ministre français des Finances, Michel Sapin, à Radio 
Classique. 
    "Depuis deux ans () nous avons atteint tous nos objectifs 
et nous continuerons à le faire et le déficit l'année prochaine, 
en dessous de 3%, à 2,7%, c'est un objectif intangible", a-t-il 
dit.  
    Cette intervention du ministre des Finances survient au 
lendemain de la publication d'un rapport dans lequel la Cour des 
comptes se montre dubitative sur la capacité de la France à 
atteindre l'objectif d'un déficit public à 2,7% du produit 
intérieur brut (PIB) à la fin 2017, conformément à ses 
engagements européens.   
    Alors que le gouvernement a multiplié les annonces depuis 
janvier, la Cour met également en garde contre un risque de 
dérapage des dépenses susceptible de compromettre l'objectif de 
ramener le déficit public à 3,3% du PIB cette année.      
    Pour Michel Sapin, la prudence de la Cour des comptes est 
inhérente à ses attributions. 
    "C'est normal, la Cour des comptes est là pour s'inquiéter", 
a indiqué le ministre des Finances.  
    "Relisez ce qu'elle disait l'année dernière, vous lirez la 
même chose", a-t-il ajouté en rappelant que le gouvernement 
avait dépassé ses objectifs de réduction du déficit au titre de 
2015 (à 3,6%, contre 3,8% visé, après 4,0% en 2014).  
     
    SAPIN MINIMISE L'IMPACT DU BREXIT 
    "Est-ce qu'en 2016 (...) quelqu'un conteste que nous allons 
atteindre nos objectifs ? Pas la Cour des comptes en tous les 
cas, qui dit que nous allons atteindre nos objectifs alors 
qu'elle craignait (...) l'année dernière qu'on n'atteigne pas 
nos objectifs", a déclaré Michel Sapin.  
    La Cour des comptes qualifie en effet la réduction du 
déficit envisagée pour cette année de modeste et atteignable. 
Mais le respect de cet objectif "exigera une gestion très 
stricte des moyens (et) ne laisse aucune place à des décisions 
nouvelles conduisant à des hausses des dépenses", a précisé 
mercredi son président Didier Migaud.  
    Au cours de cette interview, Michel Sapin a également 
réaffirmé que les conséquences économiques de la sortie du 
Royaume-Uni de l'Union européenne ne remettaient pas en cause 
les prévisions de croissance du gouvernement. 
    "C'est une catastrophe économique pour la Grande-Bretagne", 
a estimé le ministre français des Finances. "Et quand une grande 
économie comme la Grande-Bretagne va voir baisser son activité 
économique, ça a des conséquences évidemment sur les voisins", 
a-t-il ajouté. 
    "Est-ce que ce sont des conséquences considérables ? Je ne 
le crois pas et ceci ne remet pas en cause les prévisions de 
croissance qui étaient les nôtres." 
    Dans son Programme de stabilité transmis en avril à la 
Commission européenne, le gouvernement tablait sur une 
croissance de 1,5% cette année.  
    L'Insee prévoit de son côté une croissance de 1,6% en 2016 
et François Hollande a déclaré dans une interview publiée dans 
l'édition de jeudi des Echos que "notre croissance sera 
supérieure à 1,6% cette année."  
 
 (Emmanuel Jarry et Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.