Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Nouvelle trajectoire du déficit proche de celle de la CE

Reuters07/04/2015 à 14:49

PARIS, 7 avril (Reuters) - La nouvelle trajectoire des finances publiques françaises sera proche de celle demandée par la Commission européenne mais avec un effort structurel inférieur en 2016 et 2017 afin de préserver la croissance et l'emploi, a déclaré mardi Christian Eckert. Le secrétaire d'Etat au Budget s'exprimait avant la présentation, mercredi ou jeudi, de cette trajectoire, qui figurera dans le programme de stabilité transmis mi-avril à l'exécutif européen. "Le programme de stabilité que nous allons transmettre sera avec une trajectoire proche de la recommandation de la Commission mais ne souhaitera pas casser la croissance", a dit Christian Eckert devant l'Association des journalistes économiques et financiers. La Commission a accordé à la France un nouveau délai de deux ans pour ramener son déficit public, qui agrège les comptes de l'Etat, des collectivités territoriales et les comptes sociaux, sous la limite de 3% du produit intérieur brut, soit fin 2017. Elle a demandé à la France de ramener ce déficit à 4,0% fin 2015, 3,4% fin 2016 et 2,8% fin 2017. ID:nL5N0W159H Depuis, la France a publié un déficit inférieur aux prévisions pour 2014, à 4,0%, ce qui permet selon le gouvernement de viser environ 3,8% fin 2015 et conforte l'engagement de repasser sous 3% fin 2017. Le différend avec la Commission ne porte donc pas sur ce déficit "nominal" mais sur l'effort "structurel" demandé à la France, une notion qui tente de mesurer l'effort réalisé en écartant l'impact de la conjoncture. Selon Christian Eckert, la nouvelle trajectoire retiendra un effort structurel moins important pour 2016 et 2017 que celui demandé par la Commission. "La Commission nous demande un effort structurel à mon avis surdimensionné : 0,8-0,9 en 2016 et 2017", a-t-il dit, sans confirmer l'hypothèse que la France pourrait s'aligner sur l'exigence minimale des textes européens, soit une réduction annuelle de 0,5 point du déficit structurel. "Nous proposerons un programme de stabilité avec une trajectoire qui continue à faire baisser significativement le déficit nominal mais qui s'appuie sur des éléments qui gardent une croissance qui permettra assez rapidement, je l'espère, de retrouver de la création nette d'emplois", a-t-il ajouté. Le gouvernement ne modifiera pas dans son programme de stabilité la prévision de croissance pour cette année, soit 1,0%, qui paraissait optimiste il y a quelques mois mais qui est désormais conforme aux prévisions de nombreux économistes. "J'ai un peu d'espoir que la croissance soit nettement plus forte que ce qui est prévu", a cependant ajouté mardi Christian Eckert. "Aujourd'hui, tout le monde dit 'c'est le minimum 1,0%'." (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.