Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Notre-Dame-des-Landes, base pour toutes les luttes

Reuters30/10/2014 à 16:24

* Remi Fraisse, premier "martyr" de la cause écologiste radicale * Organisation sophistiquée sur le site de Notre-Dame-des-Landes * Divisions sur l'utilisation de la violence par Guillaume Frouin NOTRE-DAME-DES-LANDES, Loire-Atlantique, 30 octobre (Reuters) - S tocks de nourriture, installation dans la durée et stricte organisation : les militants présents sur la "zone à défendre" du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), près de Nantes, se veulent la base logistique des autres luttes du même type, comme contre le barrage de Sivens. La mort du jeune Rémi Fraisse le week-end dernier sur le site de cette retenue d'eau située dans le Tarn en raison d'une grenade offensive tirée par un gendarme, a donné son premier "martyr" à la cause de ces militants écologistes radicaux. Depuis que le gouvernement, après de violents heurts avec les manifestants opposés à la construction du nouvel aéroport de Nantes, a conditionné sa réalisation à l'extinction de tous les recours juridiques, les quelque 150 à 200 "zadistes" des lieux font de réguliers allers-retours vers la région de Sivens. "La ZAD de Notre-Dame-des-Landes, qui a entraîné la création de 200 comités locaux en France, a beaucoup essaimé dans les esprits", explique un occupant des "Fosses Noires", une ancienne ferme réinvestie par les opposants à l'aéroport. "Elle a fait travailler des gens ensemble et créé des dynamiques. Des complicités se sont aussi créées ici et permettent de construire plus vite ailleurs", ajoute-t-il en disant s'appeler "Camille", prénom générique livré pour tous les "zadistes" aux journalistes de passage. Une organisation très sophistiquée s'est mise en place. Les "zadistes" répartis sur une soixantaine de fermes inoccupées et autres cabanes ont eu le temps d'y cultiver des légumes et des céréales, convoyés vers d'autres zones. APPROVISIONNEMENT ASSURÉ Ils s'informent de l'actualité des "luttes" en cours en France et en Europe à travers le "ZAD news", un journal colporté chaque semaine par un de leurs "facteurs", mais aussi "Radio Klaxon", leur radio-pirate qui occupe les ondes des radios autoroutières du groupe Vinci, constructeur de l'aéroport. Ces derniers mois, certains d'entre eux sont partis apporter un "soutien logistique" aux migrants de Calais ou à leurs homologues opposés à la ferme des "Mille Vaches" en Picardie. Pour approvisionner leurs "camarades de lutte" ailleurs, les opposants au nouvel aéroport nantais ont fait pousser et récolté 30 tonnes de pommes de terre la saison écoulée, ou encore quatre à cinq tonnes d'oignons. Leurs neuf tonnes de farine de blé leur ont également permis d'assurer leur propre approvisionnement en pain pour les douze mois à venir. Une partie des marchandises est vendue à "prix libres" sur leur "non-marché" hebdomadaire. Des denrées alimentaires tout juste périmées, récupérées dans les poubelles des supermarchés de la région, y sont aussi écoulées, ce qui a valu une condamnation pour "vol" à l'un des habitués de la ZAD, jeudi dernier, devant le tribunal correctionnel de Nantes. Les sommes collectées permettent de financer l'opération "Sème ta ZAD", menée conjointement avec les paysans locaux, avec lesquels les zadistes ont singulièrement renforcé leurs liens depuis l'évacuation ratée de la ZAD en novembre 2012. "Le gouvernement a tenté de diviser les opposants, entre les méchants anarchistes et les gentils paysans, mais ça n'a pas pris", se réjouit un occupant de la "zone d'autonomie définitive" qui espère bien, comme d'autres, rester à Notre-Dame-des-Landes après l'abandon du projet. "On s'est mis dans une optique que le projet ne se fera pas", confirme ce trentenaire aux longues dreadlocks. "On veut donc à présent construire en dur : cela ne servirait à rien de gagner l'abandon du projet d'aéroport, si c'est pour laisser le terrain libre à Vinci pour qu'il y aménage un parking." PAS DE "RETOUR A LA NORMALE" Les zadistes ont pour cela détruit récemment les semences plantées par des agriculteurs indemnisés par Vinci au début de la procédure d'expropriation, qui revenaient cultiver leurs anciennes terres à la demande du concessionnaire, après en avoir acheté de nouvelles ailleurs. "Ici, plus personne ne souhaite un retour à la normale", explique un habitant des "Fosses noires". "On veut permettre à des petits paysans sans terre de s'installer ici, et non pas à des paysans déjà installés de faire davantage de profits." Le devenir du projet d'aéroport continue toutefois de susciter une "grande méfiance" au Collectif des organisations professionnelles agricoles opposées au projet (COPAIN). "On pourrait croire que le projet est abandonné, mais ce n'est pas du tout le cas : les procédures sont toujours en cours", dit ainsi Vincent Delabouglise, l'un de ses membres. Cet agriculteur estime miraculeux qu'aucun mort n'ait été à déplorer sur la zone du futur aéroport lors de la tentative d'évacuation ratée de novembre 2012. "On a en un climat de tension monstrueux pendant six mois", dit l'agriculteur. "Ce qui est arrivé à Rémi Fraisse aurait pu arriver des centaines de fois à Notre-Dame-des-Landes." Le recours à la violence continue d'ailleurs de faire débat entre les opposants traditionnels au projet d'aéroport et les plus radicaux, dont une partie a saccagé lundi soir des commerces et du mobilier urbain dans le centre-ville de Nantes, après un rassemblement en mémoire du militant tué. L'Acipa, association qui regroupe les opposants historiques à l'aéroport, a ainsi fait savoir mercredi soir qu'elle se désolidarisait du nouveau rassemblement organisé samedi prochain, toujours à Nantes, par des habitants de la ZAD. (édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.