1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Michel Rocard est décédé
Reuters02/07/2016 à 21:14

 (Actualisé avec Macron) 
    PARIS, 2 juillet (Reuters) - Michel Rocard, Premier ministre 
de François Mitterrand de mai 1988 à mai 1991, auquel on doit 
notamment le revenu minimun d'insertion (RMI) et la contribution 
sociale généralisée (CSG),  est décédé samedi à Paris à l'âge de 
85 ans. 
    François Hollande a rendu hommage à "un rêveur réaliste, un 
réformiste radical, animé par le mouvement des idées, le sort de 
la planète et de la destinée humaine". 
    "Jusqu'à son dernier souffle, il a continué à avancer des 
idées et à proposer ses solutions. Jamais il n'exprimait une 
nostalgie ou un regret. Seul comptait l'avenir. Michel Rocard a 
réussi à être un homme d'Etat respecté, un intellectuel brillant 
et un militant fidèle à l'idéal pour lequel il avait très jeune 
décidé de consacrer sa vie", dit le chef de l'Etat dans un 
communiqué. 
    Manuel Valls rappelle quant à lui qu'il s'est engagé en 
politique "par et pour Michel Rocard".  
    "C'est l'homme de la paix en Nouvelle-Calédonie, c'est 
l'inventeur du RMI pour les plus pauvres et de la CSG pour 
élargir et pérenniser le financement de la protection sociale. 
    "Il a incarné la modernisation de la gauche et l'exigence de 
dire la vérité. Il était l'homme du 'parler vrai'. Il restera un 
exemple de droiture, d'intelligence et d'ardeur. Il savait en 
même temps rêver le monde et tout faire pour le changer", écrit 
le Premier ministre. 
    Emmanuel Macron salue pour sa part un "précurseur", qui a 
"changé le visage de la gauche, réconcilié l'Etat avec la 
société civile et repensé l'économie sociale de marché". 
    "Européen passionné, il aura pour elle mené nombre de 
batailles. Il va manquer au pays. Il va manquer aux engagés. Ses 
idées doivent lui survivre et être servies", ajoute le ministre 
de l'Economie. 
 
 (Jean-Philippe Lefief) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer