Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Medef et gouvernement font assaut d'optimisme sur le pacte

Reuters08/12/2014 à 18:43

* Changement de ton au Medef et au gouvernement * Valls veut croire à la réussite du pacte de responsabilité * Au moins une dizaine d'accords attendus d'ici la fin 2014 par Emmanuel Jarry PARIS, 8 décembre (Reuters) - Après une phase de tension, qui a culminé la semaine passée avec cinq jours de mobilisation des organisations patronales contre la politique économique du gouvernement, Medef et exécutif font assaut d'optimisme sur l'application du pacte de responsabilité. Sur 78 branches professionnelles adhérentes au Medef, 51 ont engagé des discussions sur les contreparties en investissements et en emplois aux baisses de charges prévues par ce dispositif et les accords conclus dans sept d'entre elles représentent trois millions de salariés, selon un pointage patronal. "La dynamique est bonne. On constate une accélération depuis la mi-novembre. On a des avancées incontestables", confirmait-on lundi au ministère du Travail, où l'on se dit optimiste quant à l'issue des négociations dans une dizaine d'autres branches. Il s'agit notamment de l'industrie pharmaceutique, des télécommunications, de la restauration rapide, de l'imprimerie de labeur, des banques des bureaux d'études techniques et du bâtiment, précise-t-on de même source. Le mardi 2 décembre, le ton était tout à fait différent : aux critiques du patronat demandant au gouvernement de renoncer à des dispositifs jugés trop contraignants, comme le "compte pénibilité", Manuel Valls et Emmanuel Macron avaient répondu que les dirigeants patronaux feraient mieux d'agir pour l'emploi au lieu d'exiger toujours plus. ID:nL6N0TM1VE Le ministre de l'Economie avait même parlé d'"échec" des négociations de branche sur le pacte de responsabilité. Changement de registre dimanche soir : lors de son intervention télévisée, le Premier ministre s'est dit convaincu que le pacte de responsabilité serait "une réussite". "J'espère qu'avant la fin de l'année 2014, plus de la moitié des salariés dans les branches seront ainsi concernés par (des) accords", a ajouté Manuel Valls, dont le bilan sera en partie évalué à l'aune de l'amélioration de la compétitivité des entreprises françaises, dont dépend pour beaucoup l'emploi. FREINS Le Medef n'a pour sa part de cesse d'afficher sa volonté de jouer le jeu, alors que le pacte, associé au Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice), représente 41 milliards d'euros de baisses de charges en trois ans pour les entreprises. Il fait circuler depuis la fin de la semaine dernière un document dans lequel il souligne que les 51 branches où ont lieu des discussions représentent plus de 10 millions de salariés. A ce jour, six branches ont conclu un accord (métallurgie, chimie, textile, transports urbains, carrières et matériaux de construction, assurance) et les partenaires sociaux se sont entendus sur un relevé de conclusions dans une septième, qui fédère 29.000 entreprises de propreté. Selon le Medef, les assurances se sont engagées à recruter 38.000 personnes en 2015-2017 et les banques pourraient s'engager sur 40.000 à 42.000 recrutements sur la même période. Dans les télécommunications, les discussions portent sur des engagements en terme d'emplois en alternance, précise encore l'organisation patronale, qui fait également état d'un relevé de conclusion ouvert à la signature dans les travaux publics. Dans un contexte de crise des travaux publics, cette profession s'engage seulement à éviter la suppression de 13.000 emplois, ramenant les pertes potentielles de 60.000 à 47.000 en 2015-2017, et à espérer une inversion de tendance en 2017. Le patronat des travaux publics prend des engagements plus positifs en matière de formation, d'apprentissage et d'embauche de jeunes. Le Medef maintient que la conjoncture "très défavorable", le compte pénibilité, l'obligation pour les chefs d'entreprises d'informer leur salariés avant tout cession (loi Hamon), le retard pris par la publication des textes réglementaires sur la mise en oeuvre des baisses de charges prévues par le pacte et la perspective de hausses de taxes locales sont autant de "freins" aux discussions et à la conclusion d'accords. (Edité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.