Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Macron persiste et signe sur les 35 heures

Reuters02/09/2014 à 19:18

* "Il faut permettre aux gens d'être intelligents", dit Macron * Le gouvernement laissera les partenaires sociaux négocier * Berger effaré que Valls soit sifflé parce qu'il aime l'entreprise PARIS, 2 septembre (Reuters) - Le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a réitéré mardi son souhait de voir les partenaires sociaux trouver un compromis pour "adapter" la durée de travail dans les entreprises, sans déroger à la législation sur les 35 heures. L'ancien conseiller de François Hollande avait suscité l'émoi jeudi dernier lors de la publication par Le Point d'une interview accordée avant sa nomination à Bercy, le 26 août. "Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches, dans le cadre d'accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunérations", y disait-t-il en précisant qu'il s'exprimait "librement". "C'est déjà possible (...) pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre ce dispositif à toutes les entreprises, à la condition explicite qu'il y ait un accord majoritaire avec les salariés?" Cette interview avait provoqué la colère de la gauche du PS et incité Manuel Valls à préciser dimanche, devant l'université d'été de sa formation politique, qu'il n'était pas question de revenir sur la semaine de travail de 35 heures. Emmanuel Macron, qui était mardi en déplacement à Romagny (Manche), où il a visité l'une des plus importantes sociétés coopératives de France, a réitéré ses réflexions. "Je ne pense pas qu'il faille aujourd'hui déroger de manière législative aux 35 heures mais j'invitais (dans l'interview au Point-NDLR) à la négociation sur celles-ci", a-t-il dit. Il y a des entreprises "où les 35 heures sont une bonne chose, où elles sont adaptées, où les gens vivent très bien avec. Dans d'autres catégories d'entreprises, dans d'autres secteurs, elles ne semblent pas adaptées aujourd'hui et donc il faut permettre aux gens d'être intelligents", a-t-il ajouté. "C'est, j'espère, la négociation qui va le conduire, mais ce n'est pas une décision du gouvernement aujourd'hui et ce n'est en tout cas pas une décision du ministre de l'Economie", a-t-il expliqué à des journalistes. "Il ne s'agit pas d'en faire une polémique et d'hystériser le pays avec ce sujet." "FAIRE BOUGER LES CHOSES" Dans une interview publiée mardi par Ouest France, le nouveau ministre de l'Economie estime qu'il "n'est pas interdit d'être de gauche et de bon sens". "Etre de gauche, c'est être responsable, ce n'est pas prendre une posture, c'est essayer de faire bouger les choses, (...) être davantage du côté du risque que de la rente", dit-il. "J'ai des convictions et je suis aujourd'hui en responsabilité, mais je ne me vois pas comme un homme politique. Je ne sais pas ce que je ferai demain. Ce que je sais simplement, c'est que ma génération aura à rendre des comptes longtemps", ajoute le ministre dans Ouest France. Il a dit attendre que les entreprises, qui ont obtenu le Crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice) et le pacte de responsabilité, qui prévoit des baisses d'impôts et de charges, "montrent leur "engagement" en relançant la machine. Dans une interview publiée par Les Echos mardi, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, tient des propos que ne désavoueraient pas Manuel Valls et Emmanuel Macron, en proie à la lutte des "frondeurs" du Parti socialiste. Ces derniers ont vivement attaqué le ministre de l'Economie et critiqué le Premier ministre, hué lors de l'université d'été du PS à La Rochelle, pour avoir lancé mercredi dernier devant le Medef un "J'aime les entreprises". "J'ai été effaré de voir que l'on pouvait être sifflé parce que l'on prononçait le mot 'entreprise'!", dit Laurent Berger en estimant qu'une "partie seulement" de la majorité a fait son "évolution culturelle sur ce que sont les entreprises". "Cette évolution, la CFDT l'a faite il y a 20 ans et récemment nous avons clairement affirmé qu'il fallait augmenter les marges des entreprises parce que c'était dans l'intérêt des salariés, de leur emploi et de leur salaire", souligne-t-il. (Yves Clarisse, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.