Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Macron dit regretter la primauté donnée aux petites phrases

Reuters19/09/2015 à 17:13

PARIS, 19 septembre (Reuters) - Emmanuel Macron a regretté samedi la tournure prise par le débat public après ses propos rapportés sur le statut des fonctionnaires, très mal perçus par la gauche du PS, estimant que les idées valaient mieux que les petites phrases. Le ministre de l'Economie a vu des propos tenus vendredi dans un cadre censé être confidentiel rapportés dans la presse, et ceux-là ont valu une mise au point à distance du président de la République puis l'ont amené à tenter une clarification. Samedi, il y est revenu en marge des Journées du patrimoine durant lesquelles son ministère était ouvert aux visiteurs. "La vie vaut mieux que des petites phrases", a-t-il dit. "Ces jeux-là ne m'intéressent pas et donc, vous ne me ferez tomber ni dans la langue de bois, ni dans la provocation. J'agis parce que je crois à ce que je fais, je propose et on continuera à avancer ensemble comme ça." "Pour les concitoyens, pour le pays, pour les fonctionnaires de Bercy, et moi j'en suis un, le débat vaut mieux que tout ce que l'on en fait", a-t-il insisté. Selon les sites de Challenges et des Echos, qui ont publié les paroles d'Emmanuel Macron, il avait expliqué vendredi lors d'un débat à l'invitation d'un cercle de réflexion que le statut des fonctionnaires n'était "plus adapté" ou "adéquat". En fin de journée, dans une déclaration transmise à l'AFP, Emmanuel Macron avait affirmé que les mots rapportés donnaient une "vision déformée" de sa pensée et que le statut des fonctionnaires n'était "pas remis en cause". François Hollande avait profité d'une remise de décoration, un peu plus tôt, pour rappeler son attachement au statut de fonctionnaire et, ce faisant, son ministre à l'ordre, au moment où se prépare une négociation sur les carrières dans la fonction publique. "DÉBATS ADULTES" Le terrain est si glissant que même la droite, initiatrice du non-remplacement d'un fonctionnaire partant en retraite sur deux lorsque Nicolas Sarkozy était au pouvoir, ne s'y était aventurée. Si des élus dont Eric Woerth, chargé du projet pour Les Républicains, ont ironisé, c'était sans rappeler que François Fillon, alors Premier ministre, avait jugé "inutile" un débat sur le statut des fonctionnaires lancé en 2011 par Christian Jacob. La gauche du Parti socialiste, déjà échaudée lorsqu'Emmanuel Macron avait jugé, à la sortie de l'été et devant le Medef, que les 35 heures n'étaient pas adaptées partout et qu'il faudrait pouvoir y déroger, y a quoi qu'il en soit vu une provocation. "On ne gagne pas une voix sur les électeurs de droite, on en perd beaucoup sur les électeurs de gauche avec ce type de sorties", s'est agacé samedi le député Jérôme Guedj, en arrivant au Conseil national du PS. Christian Paul, chef de file des "frondeurs" lors du Congrès du PS en juin, a pour sa part jugé durant le Consiel national que "la modernité, c' était de s'attaquer aux rentes bancaires plutôt qu'aux fonctionnaires". La crispation, à gauche, est d'autant plus grande qu'il ne s'agit pas d'une première. Le ministre de l'Economie s'était par exemple excusé pour avoir parlé d'illétrées au sujet d'ouvrières des abattoirs Gad, et avait une fois évoqué l'idée que les jeunes Français veuillent devenir milliardaires. Non encarté au Parti socialiste, pointé du doigt à son entrée au gouvernement parce qu'il a travaillé dans une banque d'affaires, "réformateur" assumé, Emmanuel Macron sait en revanche convaincre les institutions qui observent la politique économique de la France. Ce fut le cas à l'OCDE, vendredi, où son action a reçu un écho positif. Il y avait vanté une pédagogie de la politique fondée en particulier sur l'évaluation des mesures. "C'est un instrument de la réforme, un instrument de sa crédibilité et en même temps il est essentiel, quand on a mené le débat sur des constats, d'évaluer les mesures votées", avait-il dit. "Ça, c'est un défi d'efficacité pour les politiques publiques et c'est un défi démocratique (sans lequel) on ne peut pas avoir de débats adultes." (Gregory Blachier)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.