Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Les syndicats anti-loi Travail ne désarment pas

Reuters11/05/2016 à 11:49
    * Appel à deux nouvelles journées de mobilisation 
    * Les routiers entreront en grève à partir du 16 mai 
    * La mobilisation doit s'amplifier, dit le patron de la CGT 
 
    PARIS, 11 mai (Reuters) - Les sept syndicats opposés à la 
réforme du Code du Travail espèrent que la mobilisation va 
repartir de plus belle après le passage en force du gouvernement 
à l'Assemblée nationale, avec notamment l'entrée en lice des 
routiers. 
    La CGT, FO, FSU, Solidaires, l'Unef, l'UNL et Fidl ont 
annoncé, outre la mobilisation déjà prévue jeudi prochain, deux 
nouvelles journées de grève et manifestations les 17 et 19 mai. 
   Les syndicats recevront le soutien des routiers, les 
fédérations FO, CGT et Sud des transports ayant appelé à une 
grève reconductible à partir de la nuit du 16 mai, avec la 
menace de bloquer une partie de l'activité du pays. 
   Les sept fédérations de cheminots, qui devaient se réunir 
mercredi pour décider de nouvelles actions après trois journées 
de grève en mars, pourraient alourdir un peu plus le climat 
social, même si leurs revendications sont spécifiques. 
    Ils entendent peser sur les négociations en cours, 
consécutives à la réforme ferroviaire d'août 2014, et certains 
syndicats prônent une grève reconductible à partir du 18 mai. 
    "Rien n'est terminé", a déclaré Philippe Martinez, le 
secrétaire général de la CGT, pour qui l'utilisation de 
l'article 49-3 de la Constitution qui permet d'adopter un texte 
sans vote si une motion de censure ne sanctionne pas le 
gouvernement est "vraiment un signe de faiblesse". 
    "Nous sommes déterminés et le débat parlementaire doit se 
poursuivre. La mobilisation doit également s'amplifier", a-t-il 
dit sur Europe 1, en dénonçant un "déni de démocratie". 
    Jean-Claude Mailly, le dirigeant de Force de Force ouvrière, 
estime lui aussi que "le combat n'est pas terminé". "On ne va 
pas baisser les bras. Il ne faut pas croire que le gouvernement 
va s'en tirer comme ça", a-t-il dit sur iTELE. 
     
    "UN PROJET RÉTROGRADE" 
    La mobilisation contre la loi Travail avait culminé le 31 
mars, avec 390.000 à 1,2 million de personnes, selon les 
sources, défilant à travers la France, avant de s'étioler au fil 
des manifestations. 
    Le 1er mai, que les syndicats avaient placé sous le signe de 
l'opposition au projet de réforme du Code du travail, n'avait 
rassemblé qu'un peu plus de 80.000 personnes à travers le pays, 
selon le ministère de l'Intérieur. 
    A l'appel du mouvement "Nuit debout", des milliers de 
personnes ont néanmoins manifesté dès mardi soir devant 
l'Assemblée nationale dans la capitale et dans une douzaine de 
villes de province pour dénoncer le "passage en force". 
    "49-3, la température monte", proclamait la pancarte d'un 
manifestant bloqué sur le pont de la Concorde, tandis que 
d'autres portaient un bâillon avec l'inscription 49-3. 
    Parmi les points les plus conflictuels du texte figurent la 
primauté accordée aux entreprises pour l'organisation du temps 
de travail et la possibilité de tenir des référendums internes. 
    "Le gouvernement essaie de nous faire croire qu'il a proposé 
un projet moderne, or c'est un projet rétrograde", a insisté 
Philippe Martinez. "Les sondages d'opinion montrent que 72% des 
Français sont contre la loi Travail", a-t-il rappelé. 
    Myriam El Khomri, la ministre du Travail, s'est défendue de 
tout passage en force. "Si le gouvernement avait renoncé à cause 
de 10 % de députés socialistes, c'est ça qui n'aurait pas été 
démocratique", a-t-elle affirmé sur France Info. 
    "Si j'avais cru une seule seconde que cette loi était une 
loi de régression pour les salariés, je ne l'aurais jamais 
portée", a-t-elle ajouté. 
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.