Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Les sénateurs se rebiffent contre Bartolone

Reuters29/01/2015 à 21:04

(Actualisé avec réponse Bartolone) PARIS, 29 janvier (Reuters) - Les sénateurs de tous les bords politiques se sont élevés jeudi contre le président de l'Assemblée nationale, le socialiste Claude Bartolone, qui a une nouvelle fois plaidé en faveur de la suppression de leur assemblée. Les présidents des divers groupes ont ainsi réaffirmé leur attachement au bicamérisme et apporté leur soutien au président du Sénat, l'UMP Gérard Larcher, lors d'un rappel au règlement improvisé avant les questions d'actualité du Sénat. "Le bicamérisme, c'est plus de démocratie, c'est plus de liberté, c'est plus de représentation dans la diversité", a lancé Gérard Larcher. "On me dit parfois rond, je suis aussi un homme de décision et d'engagement". Claude Bartolone lui a répondu vertement, l'appelant à garder son "sang-froid" et à ne pas rompre "l'unité nationale" qui a suivi les attentats de Paris, ne voyant dans sa démarche qu'un "alibi" pour refuser tout travail en commun. "Je vous le dis très solennellement, ni l'émotion personnelle, ni les divergences institutionnelles ne doivent faire perdre son sang-froid ou remettre en cause la responsabilité singulière que nous confient nos fonctions", écrit-il au président du Sénat. Claude Bartolone a répété jeudi matin sur RMC et BFMTV qu'il était favorable à une "suppression du Sénat en tant que Sénat" et a prôné son rapprochement avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE). La réponse de Gérard Larcher ne s'est pas fait attendre. Après le refus du Sénat de fusionner sa chaîne télévisée, Public Sénat, avec celle de l'Assemblée, LCP-AN, il a décidé de ne plus travailler avec son homologue du Palais-Bourbon sur "l'engagement républicain", comme l'avait demandé François Hollande. "Constatant le profond désaccord sur leurs conceptions institutionnelles, à un moment où la situation dans le pays appelle à l'unité et au rassemblement, le président du Sénat a considéré que le travail en commun avec le président de l'Assemblée nationale n'était plus possible en conscience et en responsabilité", annonce la présidence du Sénat dans un communiqué. "Il lui a signifié directement. Il ne poursuivra pas cette réflexion commune, mais remettra directement ses conclusions au Président de la République", conclut le communiqué. Juste avant les questions d'actualité au Sénat, les présidents de groupe, de l'UMP à l'UDI en passant par les écologistes et le Parti socialiste, ont ensuite déclenché un tir nourri contre Claude Bartolone. Tous ont jugé son attaque particulièrement inopportune dans la période de concorde censée suivre les attentats de Paris. Cette interview "était inadaptée, inopportune et dans un temps politique qui n'était pas convenable", a déclaré le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé, en invitant ses pairs à applaudir Gérard Larcher. Eliane Assassi, présidente du groupe communiste, républicain et citoyen (CRC) a estimé que l'on ne pouvait pas "jeter en pâture un sujet aussi important que le devenir de nos institutions" sur un plateau de télévision. "Nous défendons le Sénat, parce que nous sommes profondément attachés au travail que nous faisons tous", a dit le chef de file des socialistes, Jean-Pierre Sueur. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.