Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Les "Sages" rendent impossible le procès EADS
Reuters18/03/2015 à 11:22


PARIS, 18 mars (Reuters) - Le Conseil constitutionnel a jugé mercredi non conforme le cumul de poursuites pénales et administratives en matière boursière, rendant impossible la tenue du procès des délits d'initiés présumés en 2006 chez EADS, rebaptisé Airbus Group AIR.PA . Le tribunal correctionnel de Paris devra désormais constater l'extinction de l'action publique. Les prévenus dans l'affaire EADS --sept anciens et actuels responsables d'EADS ainsi que ses deux ex-actionnaires, Daimler DAIGn.DE et Lagardère LAGA.PA -- ont été blanchis en 2009 par l'Autorité des marchés financiers (AMF) pour des faits similaires à ceux pour lesquels ils sont désormais poursuivis au pénal. Ils estimaient donc que leur procès, qui s'est ouvert le 2 octobre dernier devant le tribunal correctionnel de Paris avant d'être renvoyé à l'instruction en raison d'imprécisions dans le dossier, n'avait pas lieu d'être. Une analyse que le Conseil constitutionnel a validée mercredi, après étude de Questions prioritaires de constitutionnalité transmises par le tribunal correctionnel de Paris puis la Cour de cassation. (Chine Labbé, avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Valeurs associées

Euronext Paris +1.39%
Euronext Paris 0.00%
Euronext Paris -0.96%
XETRA +0.04%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7093115
    18 mars11:08

    Ca sent l' obstruction à faire apparaître la vérité Les Français , déjà très méfiants quant aux " élites " apprécieront......

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer