Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Les retraites complémentaires de nouveau sur le métier

Reuters15/02/2015 à 13:56

* La caisse des cadres est la première menacée * Selon la Cour des comptes, il faut au moins 5,5 Mds euros * Une "boîte à outil" mais de profondes divergences par Emmanuel Jarry PARIS, 15 février (Reuters) - L'avenir des retraites complémentaires françaises, menacées par une accumulation de déficits, sera à partir de mardi au coeur d'un nouveau bras de fer entre le patronat et les syndicats, dont les marges de manoeuvre sont plus étroites que jamais. Les mesures correctrices décidées en mars 2013 par les partenaires sociaux, gestionnaires de l'Arrco et de l'Agirc, n'ont eu qu'un impact marginal sur l'érosion des réserves accumulées par ces deux caisses entre 1998 et 2008. Ces deux régimes versent à 12 millions de retraités plus de 70 milliards d'euros par an et leur assurent ainsi un complément de revenu représentant entre 25% et 50% de leur pension globale, voire jusqu'aux deux tiers pour des cadres supérieurs. Mais si rien n'est fait, les réserves de l'Agirc, caisse des cadres et assimilés, seront épuisées en 2018. Celles de l'Arrco, à laquelle sont affiliés la quasi-totalité des salariés du secteur privé, subiraient le même sort vers 2023-2025. "Mettre les régimes à l'abri d'un risque de rupture de paiement suppose d'adopter des mesures à même de repousser au moins à 2030 l'horizon d'épuisement des réserves", expliquait le 18 décembre le premier président de la Cour des comptes. "Améliorer le solde des régimes de 5,5 milliards d'euros dès 2018 semble raisonnable", ajoutait Didier Migaud, qui invitait les partenaires sociaux à n'avoir aucun tabou. Si patronat et syndicats souscrivent à l'objectif, tout en doutant qu'il soit atteignable dès 2018, ils divergent très fortement sur les moyens d'y parvenir. BOÎTE À OUTILS Un groupe de travail s'est penché ces derniers mois sur une "boîte à outils" dans laquelle les négociateurs pourront puiser. Cela va de la moindre revalorisation des pensions au recul de l'âge légal pour l'ouverture des droits, en passant par une décote dégressive sur les pensions, une hausse de cotisations ou une réduction du taux des pensions de réversion. Autant de pistes dont les partenaires sociaux ont demandé à l'Agirc et l'Arrco de chiffrer l'impact. ID:nL5N0VN40F Sans surprise, le patronat est catégoriquement hostile à toute augmentation des cotisations, une solution que préconise au contraire la CGT, notamment, pour l'Agirc. La CGT estime également que l'égalité de salaire homme-femme permettrait de résoudre une bonne partie du problème en gonflant la masse salariale sur laquelle reposent les cotisations. Le Medef défendra le report des bornes d'âge (actuellement fixées à 62 ans pour l'âge légal de la retraite et 67 ans pour la suppression de toute décote, comme pour le régime de base), et le principe d'abattements temporaires. Deux pistes jugées inacceptables par les syndicats. Quant à la sous-indexation ou au gel des pensions, son effet est limité par l'absence d'inflation. Les partenaires sociaux sont aussi divisés sur une fusion Agirc-Arrco, prônée par la Cour des comptes qui y voit un moyen de faire des économies de gestion mais qui est vue par la CGC, notamment, comme une remise en cause du statut des cadres. En tout état de cause, aucune des hypothèses envisagées n'est de nature à régler seule le problème et la solution réside nécessairement dans un panachage de mesures. QUESTION DE MÉTHODE "Ça va être une négociation difficile. Il n'y a pas de bonne nouvelle à attendre", prévient Jean-Louis Malys, de la CFDT. Le Premier ministre, Manuel Valls, a mis sous pression patronat et syndicats en chargeant en octobre le Haut conseil du financement de la protection sociale de réfléchir à une nouvelle gouvernance de la Sécurité sociale et à une rationalisation du recouvrement des cotisations, dont celles de l'Agirc-Arrco. Une initiative rejetée, notamment, par FO, qui y voit les prémices d'une remise en cause du paritarisme. Le chef de la délégation du Medef, Claude Tendil, président de Generali France, vient pour la première fois de l'assurance, ce qui nourrit chez les syndicats un soupçon sur les arrière-pensées de la première organisation patronale française. Le bras de fer attendu sur les retraites complémentaires dissimule enfin une bataille sur la méthode, rallumée en janvier par l'échec des négociations sur la réforme du dialogue social. La CGT et FO, notamment, comptent ainsi poser d'entrée de jeu la question d'un autre lieu que le siège du Medef. Selon le chef de la délégation de la CGT, Eric Aubin, le Medef serait prêt à accepter que les sessions suivantes aient lieu au siège de l'Agirc-Arrco. (Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.