Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Les réformateurs du PS veulent revoir le droit du travail

Reuters27/08/2015 à 17:57

* Réunis près de Bordeaux à la veille de l'université d'été du PS * Emmanuel Macron accueilli comme un star * "Réformer mais pas dans un esprit de tout casser" (Actualisé avec fin de la réunion, déclarations) par Claude Canellas LEOGNAN, Gironde, 27 août (Reuters) - A la veille de l'ouverture de l'université d'été du PS à La Rochelle, les "réformateurs" du Parti socialiste ont plaidé jeudi pour une refonte du droit du travail français, dossier sensible qui les oppose aux "frondeurs". Réunis à Léognan, près de Bordeaux, au moment où les frondeurs fourbissaient leurs armes à Marennes à quelques dizaines de kilomètres au sud de La Rochelle, les réformateurs organisaient leur Rencontre d'été avec comme grand témoin le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui cristallise les critiques de l'aile gauche du parti majoritaire. "Chacun doit apporter sa pierre mais elle doit l'être dans un esprit positif. Il faut arrêter d'être dans le dénigrement, la marginalisation", a déclaré Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux Relations avec le parlement. "Nous, nous sommes ouverts, nous voulons une économie compétitive, nous voulons une solidarité active, réformée." Les 150 personnes, élus et militants présents ont accueilli comme une star Emmanuel Macron venu présenter sa vision d'une "réforme au cœur du progressisme". "La réforme, elle est au coeur du progressisme. On ne peut pas prétendre défendre le modèle social français, défendre le progrès, si on ne fait pas de réforme aujourd'hui dans le pays", a déclaré le ministre. Il a assuré qu'il fallait "réformer le marché du travail, pas dans un esprit de tout casser comme le disent certains". "Mais on ne peut pas dire non plus, il n'y a rien à toucher, tout va bien vous avez 25% des jeunes dans notre pays qui n'ont pas d'emploi, 10% de chômage", a-t-il ajouté. Selon lui, le système privilégie les "insiders" (salariés installés), au détriment des "outsiders" et des chômeurs. CDI "NI UN TOTEM NI UN TABOU" Les réformateurs ont précisé jeudi dans un long texte leur vision de la réforme du marché de l'emploi, faisant le constat que "la France doit sans aucun doute revisiter plusieurs facteurs de frein à l'adaptation de son marché du travail". Le député Gilles Savary, chargé de ce dossier, a répété que "le CDI n'est ni un totem ni un tabou", estimant que l'une des solutions est de "simplifier, de rendre plus transparent, plus lisible notre droit du travail", rappelant "à ceux de Marennes" que le CDI qu'ils défendent "est déjà dans le coma". Pour l'élu de la Gironde "l'emploi ne dépend plus aussi univoquement du taux de croissance d'une économie nationale, mais de son adaptation structurelle". Les réformateurs préconisent notamment "des accords de maintien dans l'emploi" négociés branche par branche et un plan de requalification des chômeurs de longue durée. Emmanuel Macron a affirmé ne pas avoir été convié à l'université d'été du Parti socialiste. "On m'a invité ici à débattre et à venir expliquer la politique économique du gouvernement, on ne m'a pas invité à le faire à La Rochelle. Je suis à disposition", a-t-il dit à des journalistes en déplorant la polémique médiatique sur son absence à La Rochelle ce week-end. Jean-Christophe Cambadélis a contredit la version du ministre en assurant sur LCI que "tous les ministres" avaient été invités. "Et moi-même j'ai discuté avec M. Macron le 1er juillet, à la sortie de la réunion du pot des sénateurs de fin de session, et nous nous sommes dits : 'Tiens au fait, si tu viens à La Rochelle, faut qu'on se voie'. Et depuis, il n'y a rien eu", a dit le dirigeant socialiste. "Donc ne disons pas que le PS a fermé la porte à qui que ce soit qui se réclame de la gauche, toute la gauche sera réunie dès l'ouverture de l'université d'été du PS", a-t-il ajouté, excluant implicitement le ministre de l'Economie de la liste. Emmanuel Macron n'a plus de carte d'adhérent au Parti socialiste depuis 2009. (Avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.