Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Les pharmaciens revendiquent une mobilisation "totale"

Reuters30/09/2014 à 14:55

PARIS, 30 septembre (Reuters) - Les pharmaciens ont suivi mardi de façon très soutenue l'appel à fermer leurs officines pour protester contre la réforme à venir des professions réglementées, selon l'Ordre national des pharmaciens. Les pharmaciens font partie des 37 professions qui répondaient à l'appel à une "Journée sans professions libérales" lancé par l'UNAPL, organisation interprofessionnelle, à la suite des manifestations des notaires et des huissiers il y a deux semaines. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui a hérité de ce dossier ouvert par son prédécesseur Arnaud Montebourg, a tenté une nouvelle fois de rassurer les professionnels quant à la finalité de son projet de loi "croissance et pouvoir d'achat". Les professions libérales accusent le gouvernement de vouloir les "priver de leur outil de travail", notamment en ouvrant le capital de leurs sociétés à des investisseurs tiers. "Il y a beaucoup de fausses idées qui circulent sur ce projet", dit Emmanuel Macron dans le quotidien Paris-Normandie de mardi. "D'abord, les professions dites réglementées ne sont qu'une partie mineure de mon projet de loi sur l'activité. Deuxièmement, ce n'est en aucun cas une déréglementation ou une dérégulation." "Le projet que je porte ne reviendra en aucun cas sur quelque sécurité juridique que ce soit ou sur quelque sécurité sanitaire que ce soit. En aucun cas sur l'équilibre des territoires non plus", ajoute-t-il. "L'esprit de la loi que je porte, c'est d'aider à moderniser le pays pour créer de l'activité, là où c'est possible, de baisser les prix pour les ménages et les entreprises parce que tout cela est bon pour la croissance." NEUF PHARMACIES SUR DIX FERMÉES Malgré ces tentatives multiples d'apaiser la tension, le mouvement, qui s'étendait des pharmaciens aux géomètres, en passant par les notaires, huissiers ou moniteurs d'auto-école, semblait très suivi, notamment dans le domaine médical. Près de neuf pharmacies sur dix (87,2%) étaient fermées mardi entre 09h00 et 10h00, a dit à Reuters Isabelle Adenot, présidente de l'Ordre national des pharmaciens, et une manifestation a réuni plusieurs centaines de professionnels à Paris. "Comme nous évaluons entre 10% et 15% les pharmacies qui étaient réquisitionnées, on est à une mobilisation de la totalité de la profession", a-t-elle dit. Les Agences régionales de santé avaient reçu pour consigne de garantir l'ouverture d'au moins une pharmacie par "territoire de santé" pour délivrer les médicaments en cas d'urgence, selon le ministère de la Santé. Ce dispositif a été rendu possible, précisait-on au ministère, grâce à la réquisition de pharmacies mais aussi parce que certaines n'étaient pas fermées et que des pharmacies ayant répondu à l'appel s'étaient organisées entre elles pour assurer la continuité des soins. "Le taux d'activité est inférieur à la normale", a relevé Isabelle Adenot, expliquant que cela témoignait d'une réponse adaptée aux besoins. "On en conclut que les pharmaciens sont des personnes responsables et assurent leur mission de service public." (Gregory Blachier, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.