Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Les petits patrons défilent pour "libérer l'entreprise"

Reuters 01/12/2014 à 14:29

PARIS, 1er décembre (Reuters) - Une journée de travail perdue pour en gagner d'autres : c'était lundi l'état d'esprit des milliers de chefs d'entreprises descendus dans la rue à Paris et Toulouse, à l'appel de la CGPME et aux cris de "Libérez l'entreprise". Dans la capitale, le cortège clairsemé s'est élancé à 10h pour une marche d'1,5 km jusqu'au ministère des Finances, près duquel ont été accrochés, un peu partout, des cadenas, symboles de cette contestation visant à "décadenasser" l'entrepreunariat. Casques de chantier pour les représentants du bâtiment, masques blancs en réponse au paquet de cigarettes neutre pour les nombreux buralistes, souvent venus de départements proches des frontières. La CGPME a compté plus de 6.000 manifestants à Paris et 4.000 à Toulouse, où la police s'est arrêtée à respectivement 2.200 et 2.500. Les commerçants et artisans forment le gros de troupes plutôt sages, quoique munies de sifflets, au-dessus desquelles émergeaient des pancartes et leurs messages : "Impôts, charges, taxes, trop c'est trop" ou"L'économie c'est nous, le travail c'est nous". Appelés régulièrement à s'espacer pour que leurs banderoles soient visibles et que le cortège s'étire, ils ont des métiers différents mais des griefs communs : un coût du travail élevé, des règles et taches administratives trop nombreuses. Du temps perdu, selon eux. "On nous pond des lois n'importe comment, toujours dans le mauvais sens. On a trop de contraintes administratives. Ça me prend la moitié de ma semaine de travail", déplore Nicolas, plombier-chauffagiste dans l'Oise. Depuis 1998, il travaille seul. "Trop de charges sinon", dit-il. Un peu plus loin, Nathalie Vercoutterre, venue spécialement de Biscarosse-Plage, au sud d'Arcachon, dit avoir l'impression d'être "tout le temps hors-la-loi". "C'est toute l'administration du travail qui m'empêche de travailler, c'est tellement compliqué, chronophage et avec un surcoût que je me sens en difficulté et je sens mon devenir fragile", dit cette gérante de cinq magasins de surfs. Elle a vu "un changement très négatif, nous coulant vers le fond, sur les cinq dernières années". Et, comme beaucoup, elle dénonce la mise en oeuvre du compte pénibilité : "Quand j'ai un saisonnier, je vais devoir regarder s'il soulève un carton ?" Cette disposition de la dernière réforme des retraites est au premier rang des revendications, comme le résume le prochain patron de la CGPME, François Asselin, actuel président en Poitou-Charentes, qui défilait à Toulouse. "Le choc de simplification s'est traduit par un choc de complexité avec le compte pénibilité et avec l'interdiction de travailler moins de 24 heures par semaine. Comment un chef d'entreprise peut-il s'en sortir si on lui alourdit le sac à dos comme on le fait depuis des années ?", se demande-t-il. (Gregory Blachier, avec Johanna Decorse à Toulouse, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.