1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France: Les fonctionnaires veulent suspendre la réforme de l'Etat
Reuters12/02/2019 à 11:38

FRANCE: LES FONCTIONNAIRES VEULENT SUSPENDRE LA RÉFORME DE L'ETAT

PARIS (Reuters) - Les syndicats de fonctionnaires ont réclamé mardi la suspension du projet de loi sur la Fonction publique prévoyant notamment un recours accru aux contractuels, que le gouvernement compte leur présenter mercredi malgré un contexte social explosif.

Dans une lettre adressée au Premier ministre, huit des neuf organisations représentatives de la Fonction publique appellent à suspendre ce texte le temps de connaître l'issue du "grand débat national" lancé pour tenter de sortir de la crise des "Gilets jaunes", où la réorganisation de l'Etat est abordée.

Plutôt que d'élargir le recours aux contractuels, comme le prévoit le projet de loi, elles réclament la création d'emplois statutaires, ainsi qu'une revalorisation salariale, et disent engager "d'ores et déjà diverses initiatives".

Le projet de loi prévoit aussi une simplification des instances de représentation du personnel, un accompagnement renforcé des mobilités des agents dans la fonction publique et le privé, ainsi qu'une individualisation de la rémunération.

"Le cadre actuel de la gestion des ressources humaines dans la fonction publique pâtit d'une grande rigidité, avec une gestion trop centralisée", peut-on lire dans le dossier de presse du deuxième comité interministériel de la transformation publique (CITP).

"Nous nous engageons à bâtir un nouveau contrat social pour mieux responsabiliser, libérer les marges de manœuvre et transformer les pratiques managériales."

CALENDRIER REMIS EN QUESTION

Cette réforme s'inscrit dans le cadre de la grande transformation de l'action publique qui doit permettre de diminuer le niveau de dépenses de trois points de PIB à l'horizon de 2022.

Emmanuel Macron s'est notamment fixé pour objectif de supprimer 50.000 postes dans la fonction publique d'Etat et 70.000 postes dans la fonction publique territoriale d'ici 2022, par non-renouvellement des départs.

Si le chef de l'Etat a affiché en début d'année sa détermination a poursuivre son train de réformes, certains ministres remettent en question l'urgence de la présentation du projet de loi sur la fonction publique dans le climat actuel.

Le gouvernement souhaite présenter le texte devant le conseil des ministres à la fin mars pour une adoption au Parlement avant l'été. Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Olivier Dussopt a assuré que le "grand débat", qui se terminera à la mi-mars, pourrait "nourrir" le projet de loi.

Les syndicats sont encore partagés sur les actions à mener.

Force ouvrière, qui ne fait pas partie de l'intersyndicale, a organisé une série de manifestations sur le thème des services de proximité. La CGT Fonction publique avait pour sa part participé à la journée de grève nationale de sa confédération le 5 février. Les autres organisations attendent de connaître le contenu du projet de loi.

"Est-ce qu'on veut partir dans une action? Je n'en sais rien car nous avons beaucoup de difficultés à être suivis", a déclaré à Reuters Luc Farré, le secrétaire général de l'Unsa Fonction publique. "Si c'est pour appeler à faire grève, mais que personne n'est derrière, c'est compliqué".

(Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodde12
    12 février17:31

    C'est en tout cas un début ensuite il faudrait pouvoir se séparer des incapables. Ensuite bien sur il faudra travailler pour payer la dette mais au moins un trou du panier aura été bouché. Il y en a d'autres. J'espère que les japonais vont nous rendre Carlos Goshn c'est l'homme qu'il nous faudrait . sinon il faut désigner un administrateur judiciaire. C'est leur métier. Il faut commencer par la tête et ensuite voir ce qui est utile ou qui l'est moins au regard de nos capacités.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer