Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le Sénat inquiet après le relais Sangaris-Onu en RCA

Reuters13/07/2016 à 14:33
    * La situation toujours volatile dans le pays 
    * Des sénateurs appellent à un mandat de l'Onu plus robuste 
    * Ils préconisent la levée de l'embargo sur les armes 
 
    PARIS, 13 juillet (Reuters) - Des sénateurs français ont 
exprimé mercredi leur inquiétude face au récent passage de 
relais en Centrafrique entre la force française Sangaris et les 
troupes de l'Onu confrontées à un regain de tensions ces 
derniers mois.  
    A l'occasion de la présentation d'un rapport sur les 
interventions extérieures de la France, six élus de la 
commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces 
armées ont dressé un bilan mitigé du mandat onusien, notamment 
en Centrafrique, qu'ils jugent timoré.  
    "L'inquiétude qui est la nôtre, c'est que le calme est 
rétabli mais il y a encore des problématiques dans les trois 
quarts du territoire", a expliqué le sénateur des Hauts-de-Seine 
Jacques Gautier (Les Républicains) lors d'une conférence de 
presse.  
    "Si nous avons des problématiques fortes dans un endroit 
donné avec des violences, soit la Minusca sera capable 
d'intervenir et d'y mettre un terme et elle deviendra crédible, 
soit elle n'est pas capable de réagir et ça veut dire qu'elle 
aura perdu la confiance de la population et qu'un jour ou 
l'autre on demandera aux Français de revenir", a-t-il ajouté.    
  
    Lancée en décembre 2013 pour mettre fin à un cycle de 
violences intercommunautaires, l'opération Sangaris a pris fin 
officiellement à la fin du mois de juin. 
    Les effectifs militaires français ont été ramenés à 350 
hommes qui font désormais office de réserve tactique au profit 
des 12.500 casques bleus de la Minusca, appuyés par l'Union 
européenne.   
    "Tout le monde s'accorde à dire aujourd'hui que l'opération 
Sangaris a réussi et qu'elle a remis de la sécurité dans le 
pays", souligne le sénateur PS de Meurthe-et-Moselle Daniel 
Reiner. Pour autant, "on n'a pas résolu la crise qui peut 
renaître à tout moment, c'est évident". 
     
    "NIVEAU MÉDIOCRE" 
    La force onusienne dont l'image, comme celle de l'armée 
française, a été entachée par des soupçons d'abus sexuels, a 
perdu ces derniers mois en RCA deux casques bleus, tués dans des 
attaques armées.  
    Une dégradation de la situation jugée préoccupante par le 
Haut commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al 
Hussein, qui a mis en garde début juillet contre une nouvelle 
escalade de violence dans les mois à venir.  
    Au-delà du théâtre centrafricain, les forces de maintien de 
la paix ont des "mandats trop limités, des équipements 
insuffisants et un niveau opérationnel et une combativité 
médiocres", soulignent les sénateurs dans leur rapport.  
    Les forces onusiennes doivent être en mesure de mener des 
actions offensives contre les groupes armés qui refusent 
d'entrer dans les processus de désarmement, de mobilisation et 
de réintégration, écrivent-ils.  
    "Il faut 'sangariser' la Minusca, il faut lui donner les 
moyens d'agir dans ce cadre-là", a estimé le sénateur du 
Territoire de Belfort Cédric Perrin (LR). 
    "Il continue d'y avoir des coupures de route, des 
possibilités d'exactions d'un certain nombre de rebelles, il 
peut y avoir une remontée en puissance, de nouvelles 
difficultés", a-t-il ajouté. 
    Autre point soulevé dans le rapport concernant la 
Centrafrique, l'embargo sur les armes imposé en 2013 et prolongé 
d'un an par le Conseil de sécurité de l'Onu en janvier.  
    "Ce n'est pas la peine de former des forces de sécurité si 
on ne leur donne pas les moyens d'exercer leur mission", juge 
Daniel Reiner.  
 
 (Marine Pennetier, édité par Sophie Louet) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.