Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Le repli de l'euro pas encore assez fort pour les PME

Reuters23/10/2014 à 13:12

* L'euro a cédé près de 8% depuis janvier * Les PME et ETI en profitent pour accroître les volumes * La baisse pas assez forte et durable pour un effet stratégique par Gregory Blachier PARIS, 23 octobre (Reuters) - Le recul de l'euro depuis six mois est un bol d'air pour les PME exportatrices françaises et crée un effet d'aubaine mais n'est pas assez fort ou pérenne pour être un détonateur stratégique et reconquérir de gros marchés, disent dirigeants et spécialistes. La devise européenne s'échangeait en deçà de 1,27 dollar EUR jeudi matin et a cédé 9% face au dollar depuis qu'elle a touché son plus haut de l'année, début mai, légèrement en dessous d'1,40 dollar. L'exécutif français, comme dans d'autres pays européens, a souvent déploré le niveau élevé de la monnaie unique, jugé handicapant pour les exportations et ramené à niveau plus raisonnable sous l'effet des politiques monétaires et de la reprise américaine, notamment. Les effets du repli sont visibles pour les multinationales, qui concentrent l'essentiel des exportations françaises - 80% à 90% - et peuvent espérer comme leurs concurrentes européennes un rebond des profits à terme. (voir ID:nL5N0R63U8 ) Mais beaucoup de PME et d'ETI (entreprises de taille intermédiaire) sont aussi orientées vers l'international et pour elles, l'enjeu porte davantage sur la consolidation de l'activité. "Les grandes entreprises vont avoir tendance à absorber la baisse de l'euro dans leurs marges. Les petites utilisent à plein la variation de taux de change pour augmenter les volumes", dit Jérôme Héricourt, économiste au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii). "L'effet moyen, c'est qu'une dépréciation de 10% (de l'euro) augmente de 6% la valeur exportée. L'essentiel passe par les volumes et ça, c'est une bonne chose", ajoute-t-il. Le gain est d'autant plus précieux dans un contexte national morose. Pascal Labet, directeur des affaires économiques et fiscales à la CGPME, souligne que "le chef d'entreprise a trop de contingences qui risquent de le mettre en péril donc (l'euro) est un sujet mais ce n'est pas la préoccupation numéro un". Mais, reconnaît-il : "Pour les entreprises qui travaillent à l'export, il y a un effet de levier" dont l'impact pourra être évalué sur un an, les PME étant plutôt sur des "contrats longs". "VRAIMENT CLÉ" Des entreprises concernées en témoignent toutefois déjà, la question étant même cruciale pour certaines. Egide, producteur de boîtiers pour systèmes électroniques, au chiffre d'affaires consolidé de 22,6 millions d'euros en 2013, produit en euro et réalise 50% de ses ventes à l'étranger, dont 37% en dollars. "L'avantage actuellement, c'est qu'on gagne des marchés. On est parfois à cinq ou dix dollars près sur des boîtiers à 500 dollars. Avec un euro à 1,45 dollar, on perd tout", dit Philippe Lussiez, directeur général délégué. Si le groupe est "protégé" par son savoir-faire sur les segments à haute technologie, où ses concurrents sont américains ou japonais, notamment, il peine davantage sur les marchés où les volumes sont beaucoup plus grands, comme les télécoms. "Un euro à 1,20 voire 1,15 dollar nous permettrait de revenir sur des marchés à grands volumes low-cost qui nous ont été pris par les Chinois", expose Philippe Lussiez. "Comme on a besoin de volume pour être positif en cash, c'est vraiment clé." "Un marché de volume, ça nous permet de faire tourner l'usine à plein, de rentabiliser le capital immobilisé." Gaussin, dont 95% de la production de véhicules pour les terminaux portuaires est exportée, en Asie et dans le Golfe notamment, trouve un double intérêt dans la baisse de l'euro. "La monnaie principale pour les armateurs, c'est le dollar. La baisse nous met à armes égales avec la concurrence et peut nous permettre de prendre des parts de marchés supplémentaires", expose le PDG, Christophe Gaussin. "Et sur les affaires déjà passées, c'est huit points de marge que je peux récupérer. C'est énorme dans un secteur où, quand on fait 15 à 20 points de marge, c'est bien." "COUPS DE POING" Un atout essentiel pour sécuriser les projets d'une société trop petite pour couvrir ses contrats potentiels, avec ses 12 millions d'euros de CA en 2013 et malgré un fort développement (16 millions d'euros de CA au premier semestre 2014). "On fonctionne en risques, donc même si l'euro tombe à 1,20, dans mes calculs je vais le prendre à 1,35 ou 1,40. Il y a trop d'aléas et je dois prendre le risque d'être trop cher", dit Christophe Gaussin. La réflexion est semblable chez Egide, où l'on aurait besoin d'une tendance longue pour prendre des engagements forts. "Aujourd'hui, aucune banque n'est capable de nous donner des assurances. Il y a des avis très divergents" sur l'évolution de l'euro dans les mois qui viennent, explique Philippe Lussiez. A une échelle supérieure, les moyens sont autres, pas les questionnements. Pour le fournisseur d'engins de manutention Manitou, - 1,176 milliard de chiffre d'affaires en 2013 -, les impacts sont peu visibles à court terme. "On est dans un tunnel favorable. On se couvre et on essaie d'en profiter", dit Hervé Rochet, directeur financier de Manitou qui fait 40% de sa facturation en devises, dont les 20% en sterling, dollar australien et rand sud-africain sont sensibles aux changes. "Mais 7%, ce n'est pas une amplitude qui nous amènerait à faire des choix stratégiques", ajoute-t-il. "Les fluctuations sont extrêmement rapides, la volatilité, ça fait des coups de poing mais l'avantage compétitivité se construit dans la durée. Entre 2007 et 2014, il y a eu un gain d'environ 15% d'avantage compétitif pour le sterling." En 2008, Manitou avait fait un choix stratégique : aller vers une acquisition aux Etats-Unis. Mais pour cela, "il faut vraiment que la pression soit très forte", dit Hervé Rochet. "J'ai appris qu'on ne voit jamais ce qui va se passer, surtout sur le sujet des changes", ajoute-t-il, disant que faute de mieux, le repli actuel est un "formidable ballon d'oxygène". (Edité par Yves Clarisse)

Valeurs associées

-1.81%
+0.47%
-0.63%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.