Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le rééquilibrage des comptes de la Sécu jugé incertain

Reuters17/09/2014 à 13:24

* La Cour des comptes invite l'Etat à accélérer les économies * La dégradation de la conjoncture devrait aggraver le déficit * Pas assez de médicaments génériques vendus en France PARIS, 17 septembre (Reuters) - Le rééquilibrage des comptes de la Sécurité sociale à l'horizon 2017 prévu jusqu'à présent par le gouvernement français est très incertain, estime la Cour des comptes. Dans son rapport annuel sur le sujet publié mercredi, elle l'invite à accentuer l'effort d'économies sur les dépenses, en particulier celles de santé dont le ralentissement de la hausse s'est interrompu l'an dernier. "La situation des comptes sociaux reste très préoccupante", a déclaré le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, en présentant le rapport, soulignant que trois cinquièmes du déficit de la Sécurité sociale étaient structurels. D'ici 2017, "la trajectoire de redressement annoncée est devenue très incertaine", a-t-il ajouté, jugeant cette situation "inquiétante". Après 12,5 milliards d'euros en 2013, le déficit du régime général de la Sécurité sociale est prévu à 9,8 milliards fin 2014 dans le budget du 8 août. Mais la dégradation de la conjoncture constatée depuis devrait le creuser davantage. Le gouvernement prévoyait jusqu'alors de dégager un excédent de 1,5 milliard d'euros fin 2017, un objectif qui sera lui aussi modifié dans les lois de finances présentées début octobre. Le déficit des comptes sociaux est une particularité française, souligne une fois de plus la Cour des comptes, et il met en cause la pérennité du système français de protection sociale. Selon elle, la maîtrise des dépenses est le levier prioritaire pour redresser les comptes, en particulier dans le domaine de la santé. DES DÉPENSES DE SANTÉ PAS MAÎTRISÉES Le déficit de l'assurance maladie est le plus important des quatre branches de la Sécurité sociale, représentant à lui seul plus du double de celui des retraites, à 6,8 milliards d'euros l'an dernier, soit une hausse de 900 millions d'euros en un an. Le budget rectificatif du 8 août prévoyait que ce déficit atteindrait cette année 6,1 milliards d'euros, mais il devrait être finalement plus important encore. Pour 2015, l'exécutif a dit qu'il trouverait deux milliards d'euros d'économies supplémentaires sur l'ensemble des dépenses publiques pour atteindre l'objectif de 21 milliards d'économies par rapport à leur croissance tendancielle. Dans ce contexte, les dépenses de santé sont une cible de choix. La Cour des comptes déplore par exemple les résultats trop modestes de la politique de diffusion des médicaments génériques alors que son coût est élevé. Elle souligne que les génériques ne représentent que 21,5% des remboursements de médicaments vendus hors de l'hôpital et que cette situation "est une particularité française". En Allemagne et au Royaume-Uni, trois boîtes de médicaments remboursables sur quatre sont génériques alors que la proportion n'est que d'une sur trois en France. "Ce retard est coûteux pour la Sécurité sociale et il n'est pas en cours de rattrapage", explique la Cour des comptes. Elle souligne d'autre part l'absence de maîtrise de la dépense consacrée aux dispositifs médicaux, un ensemble de plus de 80.000 produits comme les pansements ou les fauteuils pour personnes handicapées, dont le coût est d'environ 13 milliards d'euros, dont plus de la moitié supporté par l'assurance maladie. Elle prône en outre une amélioration du système des urgences, estimant qu'une réorientation des cas sans gravité ferait économiser 500 millions d'euros, recommande un pilotage plus ferme des dépenses de personnel des hôpitaux et souligne l'absence de pilotage de l'assurance maternité. Voir aussi: La dépense de santé n'est pas maîtrisée-Cour des comptes ID:nL6N0RH30D Pour le rapport de la Cour des comptes : http://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/La-securite-sociale (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.