Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le Medef propose une thérapie de choc contre le chômage

Reuters24/09/2014 à 16:13

(Avec informations compléementraires) par Emmanuel Jarry PARIS, 24 septembre (Reuters) - Le Medef propose une thérapie de choc pour créer un million d'emplois en cinq ans en France, dont la remise en cause de la durée légale du travail et un report de l'âge de la retraite, dans un "petit livre jaune" présenté mercredi par son président. La première organisation patronale française propose aussi, parmi d'autres mesures, de plafonner l'ensemble des impôts payés par les entreprises, nationaux ou locaux. Elle suggère également la mise en place d'un "contrat aidé pour les entreprises", avec un "salaire transitoire" inférieur au smic, complété par des allocations sociales et un volet formation, pour encourager l'embauche de personnes "très éloignées de l'emploi". ID:nL6N0RP269 Les grandes lignes de ce document d'une centaine de pages, dévoilées par Les Echos le 15 septembre après une fuite émanant sans doute de l'aile la plus dure de l'organisation patronale, ont déjà été dénoncées comme une provocation par les syndicats. Lors de son discours de politique générale, le Premier ministre, Manuel Valls, a demandé au Medef de s'abstenir de toute surenchère pour ne pas nuire au dialogue social. "L'objet de ce document n'est pas de provoquer mais de mettre en débat un certain nombre de sujets", se défend un dirigeant de l'organisation, proche de son aile modérée. Ces "propositions à débattre", confirme le Medef, visent à "poser les bases d'un nouveau consensus social", lever "verrous" et "blocages" et compléter les baisses de charges d'un pacte de responsabilité jugé insuffisant pour relancer la croissance. L'organisation et son président admettent cependant qu'une partie d'entre elles "apparaîtront certainement agressives ou caricaturales à certains". "Nous en acceptons le risque car, au-delà des postures, c'est notre avenir commun qui est en jeu", écrit Pierre Gattaz dans l'avant-propos. "Nous ne voulons pas être les spectateurs inactifs d'une France qui s'enfonce irrémédiablement." Voici les principales propositions réparties en quatre axes. ENGAGER UN NOUVEAU DIALOGUE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Primauté aux accords d'entreprise pour la définition des règles sociales, notamment en matière d'organisation du travail, la loi se concentrant sur la fixation d'un cadre général. La durée du travail devrait ainsi "pouvoir être adaptée en fonction de l'activité de l'entreprise" ou, pour les PME, négociée au niveau des branches professionnelles. Cela suppose de "revoir le principe d'une durée légale imposée à toutes les entreprises" et aujourd'hui fixée, en France, à 35 heures par semaine, estime le Medef. - Mise en place dans tous les secteurs d'un contrat de travail "de projet" prenant automatiquement fin une fois ce projet réalisé, sur le modèle du contrat de chantier du BTP. - Ouverture rapide de négociations entre les partenaires sociaux sur la poursuite de la réforme du marché du travail, pour introduire plus de flexibilité, et sur la réforme de l'assurance chômage. - Réforme du système de protection sociale définissant une "nouvelle ligne de partage entre solidarité, mutualisation et responsabilité individuelle". - Concernant les retraites, nouveau recul de l'âge légal (62 ans aujourd'hui), convergence des régimes de base, développement d'une retraite supplémentaire volontaire par capitalisation. - Développement de l'apprentissage, notamment par l'établissement de liens entre école-entreprise dès la 3e. AMÉLIORER LA COMPÉTITIVITÉ-COÛT DES ENTREPRISES - Transformation du crédit d'impôt compétitivité-emploi (Cice) en "véritable baisse de charges" en 2017. - Nouveau transfert du financement de la protection sociale vers un instrument moins lié aux revenus du travail que les cotisations actuelles (TVA ou contribution sociale généralisée). -Plafonnement général des impôts nationaux et locaux payés par les entreprise et abaissement du taux de l'impôt sur les sociétés à la moyenne européenne. - Suppression progressive des impôts sur les facteurs de production et des taxes sectorielles. - Exonération d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sur tous les titres de sociétés, pour valoriser le financement à long terme des entreprises. - Autorisation de la recherche sur l'exploitation des gaz de schiste en France. FAVORISER L'INVESTISSEMENT POUR LA CROISSANCE - Orientation de l'épargne vers le financement des entreprises et définition d'une politique nationale d'investissements en infrastructures, avec financement sanctuarisé. - Incitation des collectivités locales à privilégier l'investissement plutôt que les dépenses de fonctionnement, simplification et clarification de leurs compétences. LIBÉRER LA CRÉATION D'EMPLOIS - Révision des seuils sociaux et simplification de la représentation du personnel des entreprises, ce qui permettrait, selon le Medef, de créer 50.000 à 100.000 emplois en trois ans. - Suppression d'un ou deux jours fériés et autorisation, dans le cadre d'accords d'entreprise ou de branche, de l'ouverture des commerces le soir et le dimanche. - Réintroduction du forfait pour le calcul des charges sociales pour les services à la personne. - Assouplissement des contraintes des contrats d'intérim. Voir aussi l'ENCADRÉ FRANCE-MEDEF/SANTÉ ID:nL6N0RP26H (Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.